Deuils de miel


Franck Thilliez





4e de couverture :


Une femme est retrouvée morte, agenouillée, nue, entièrement rasée dans une église. Sans blessures apparentes, ses organes ont comme implosé. Pour le commissaire Sharko, déjà détruit par sa vie personnelle, cette enquête ne ressemblera à aucune autre, car elle va l'entraîner au plus profond de l'âme humaine : celle du tueur... et la sienne.


Mon avis :

Un thriller haletant !


Me voici, de nouveau, avec une série d'enquêtes commencée en plein milieu.
Le commissaire Sharko a en effet subi un lourd traumatisme raconté dans le roman Train d'Enfer pour ange rouge.
Roman que je n'ai donc pas lu mais dont j'ai compris la fin puisque nous retrouvé le commissaire Sharko brisé par la mort de son épouse et de sa fille dans un accident de voiture.

Sharko est même bien perturbé puisqu'il entend les voix de sa femme et de fille lorsqu'il est seul, qu'il fait de lourds cauchemars et qu'il tabasse le chauffard responsable de la mort de sa famille dans les premières pages.
C'est certainement à cause de cela et à cause de la grande place que prend la vie personnelle de Sharko que j'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'enquête policière au début.

Et pourtant, Franck Thilliez n'a pas lésiné sur les détails macabres et mises en scènes mystérieuses. Même la manière de tuer est originale : les infecter par le paludisme grâce à des insectes.
Et, autant vous le dire tout de suite, si vous n'aimez pas les insectes et les araignées, ce roman risque de vous faire faire des cauchemars.

J'ai trouvé le rythme un peu lent lors des cents premières pages, le temps pour moi de me familiariser avec le commissaire Sharko et de comprendre un peu son histoire (ça c'est le risque quand on prend une série en cours de route), le temps de me familiariser aussi avec les personnages secondaires et de bien me plonger dans l'enquête.

J'ai trouvé qu'au début l'enquête manquait un peu d'enjeu mais qu'une fois tout mis en place tout devenait réellement fascinant.
Et la (les) révélation(s) à la fin est (sont) très bien faite(s). On se rend que l'histoire a été très bien mené et que les détails macabres ont une réelle signification. Les "méchants" sont fascinants et les "gentils" encore plus.

Pour moi, c'est une excellente histoire qui m'a bien sûr donné envie de lire Train d'Enfer pour ange rouge et de lire tout le reste de la série du commissaire Sharko.
Car le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'est pas un commissaire comme les autres !

Et, vous pouvez retrouver la chronique d'un autre roman de Franck Thilliez  : Rêver

Commentaires

  1. Voici un auteur que j'ai envie de découvrir, je me note celui ci, le titre me plait bien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis en train de lire plusieurs romans de la série "Sharko" et cela me plait bien. C'est très haletant.

      Supprimer
  2. Ton avis corrobore les nombreux commentaires positifs que j'ai pu lire sur les romans de cet auteur.
    J'ai deux romans de la série Sharko en attente dans ma PAL mais pour l'instant je n'ai pas trop envie de lire de thriller, surtout avec des araignées tueuses (j'ai déjà peur d'une toute petite araignée inoffensive ;) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'emprunte ces livres à la bibliothèque municipale ce qui fait que je les lis dans le désordre mais cela reste compréhensible et je trouve que cette série tient bien la route quand même.
      Je te comprends pour les araignées, j'ai le même problème ;p

      Supprimer
  3. Je garde une préférence pour Train d'enfer pour Ange rouge qui a été un des premiers livres que j'ai lu de l'auteur mais je me rappelle avoir beaucoup apprécié cette "suite". L'histoire avec les insectes m'a beaucoup intéressé et je peux comprendre que certains soient assez effrayés de ce qui se passe autour de ça dans le récit ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est assez effrayant par moment pour les personnes comme moi ;p
      J'ai commencé sans avoir lu Train d'Enfer pour Ange rouge même si j'ai compris la fin à travers cette suite, je vais essayer de me le procurer et de le lire.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire