Hôzuki


Aki Shimazaki


ombre du chardon littérature japonaise critique avis chronique actes sud livres à lire

Excellent !


Encore un livre d'Aki Shimazaki à ajouter à ma liste de mes coups de coeur lectures. 

Cette fois, j'ai choisi de lire la suite directe d'Azami.
Enfin, quand, je dis : Suite directe.... Nous avons le plaisir dans ce roman d'apprendre à connaitre celle qui était entraineuse dans le roman précédent : Mitsuko.

Dans ce tome, qui se passe quelques temps après la rupture entre Mtsuo et Mitsuko, Mitsuko est à la tête d'une librairie de livres d'occasion.
Elle y travaille en compagnie de sa mère.

Comme nous l'avions appris, à la fin d'Azami, Mitsuko est la mère d'un enfant métisse sourd et muet.
C'est donc en langage des signes qu'elle s'exprime avec son petit garçon.

Mitsuko se souvient avec délice et regrets de son premier amour : un garçon philosophe gentil mais avec qui elle ne souhaitait pas avoir d'enfant.
Elle pense qu'il serait très surpris si il savait que Mitsuk avait maintenant un fils. 
Un fils qui, de son aveu, l'a sauvé.

Malgré son handicap, ce fils va faire la connaissance d'avec une fille d'une cliente de la librairie de Mitsuko.
Cette cliente ravie de voir que sa fille se soit prit d'amitié avec le petit garçon de Mitsuko va inviter régulièrement Mitsuko et son fil chez elle.

D'abord réticente : Mistuko ne se lie pas facilement d'amitié avec les autres femmes, Mitsuko va accepter ces invitations (pour faire plaisir avec son fils).

De fil en aiguille, les deux jeunes enfants vont se créer un véritable lien.

Et Mitsuko ne va pas être au bout de ses surprises...


Ce roman est, encore une fois, une véritable bulle de douceur.
A l'inverse du tome précédent, nous ne parlons ni d'amour ni de passion dans ce roman mais d'amitié et d'amour filial.
J'ai adoré cela.
Dans ce roman, nous apprenons l'histoire de Mitsuko et j'avais avoir été très surprise d'apprendre à connaitre ce personnage.
Le tome précédent, qui était du point de vue de Mitsuo, pouvait nous faire entendre que Mitsuko était une jeune femme qui avait mal tourné.
Et, dans ce tome, nous voyons que si Mitsuko a fait des choix forts, elle est surtout une femme forte.
J'ai beaucoup aimé ce côté là. 
Connaissons nous vraiment ceux qui partagent un bout de notre histoire ? C'est la question que nous ne pouvons que nous poser en finissant cette histoire.
Et, c'est une histoire pleine de douceur et de tendresse que je vous recommande aujourd'hui.
 

 Retrouvez mes chroniques :

L'ombre du chardon :

 
 Au cœur du Yamato :
 Zakuro
 

Commentaires

  1. Je ne connaissais pas du tout, mais il donne vraiment envie. Merci pour ton avis ! J'ajoute à ma wishlist. ;-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Maudit Karma !

Ma vie de lectrice en Gifs : Quand je lis la romance presque parfaite d'une accro à Noël

Numéro 11