Mary Bennet : Qui est la seule laide des filles Bennet ?

 

Est-elle si insupportable ?

 Mary Bennett - I like her! She's philosophical and pensive and ... 

 

Je crois que vous avez compris que j'aimais beaucoup analyser les personnages secondaires des romans. J'ai déjà fait de petites analyses des personnages de Charlotte Lucas, de Mr Bennet et de Mrs Bennet

J'ai décidé de m'attaquer au personnage de Mary Bennet. 

Sa première caractéristique : la laideur. C'est Jane Austen elle-même qui le dit puisqu'elle la décrit dans Orgueil et préjugés comme étant la seule des filles Bennet à être laide. Jane Austen n'est d'ailleurs jamais très tendre envers elle.

Cette laideur va la pousser à apprendre. Contrairement à Lydia et Kitty et même contrairement à Lizzie et Jane, Mary va beaucoup apprendre. Vous vous souvenez, de l'aveu même de Lizzie, les filles Bennet n'ont pas eu de professeur à la maison. Lors de sa conversation avec Lady Catherine, Lizzie dit tout simplement que celles des cinq filles Bennet qui voulaient apprendre n'ont pas manqué de moyens pour le faire mais que celles qui préféraient l'oisiveté pouvaient s'y adonner. 

On se doute que Kitty et Lydia n'ont jamais voulu faire trop d'effort. Jane et Lizzie se sont certainement beaucoup instruites. Lizzie dit elle-même qu'elle n'a pas cherché à se perfectionner au piano au contraire de Mary. Mary, pendant les bals, aiment "se faire mousser" en jouant. On peut imaginer que ne pouvant pas jouer de ses charmes, Mary a voulu se démarquer d'une autre manière. Le piano lui permet peut-être également de cacher le fait qu'elle ne soit pas invité à danser.

Dans le livre, on ne lui connait, en effet, aucun cavalier.

Deuxième caractéristique : sa solitude. C'est étrange de dire cela puisqu'elle a quatre sœurs et une mère envahissante. Pourtant, Mary semble seule à tel point qu'elle a très peu d’interactions avec les autres dans le livre. Elle semble toujours à part.

Elle est en quelque sorte "coincée" entre deux duos. Elle est la troisième et n'a pas de confidente. D'un côté Lizzie et Jane, ses grandes sœurs sont très proches et sont la confidente l'une de l'autre. Elles se comprennent et se disent tout. Ses petites sœurs Kitty et Lydia sont beaucoup trop frivoles par rapport à elles. D'ailleurs si Lydia lui dit à un moment que Mary aurait dû venir avec elles (Lydia et Kitty), elle ne prendra même pas la peine d'écouter la réponse de Mary.

Selon moi, cette solitude est la raison qui la pousse à lire autant. Et, c'est peut-être aussi ce qui lui empêche d'avoir un esprit critique sur ce qu'elle lit. Tout au long du livre, Mary assène des "vérités" à l'image de Mr Collins enchainant les clichés. Elle répète ce qu'elle lit sans recul sur ses lectures. On peut se dire qu'elle n'a jamais pu comparer avec quelqu'un son ressenti sur ses lectures. Elle n'a jamais pu débattre d'un livre avec quelqu'un. Étant jeune et ayant peu vécu, elle ne peut comparer ses lectures avec la vie "réelle" et elle ne parvient pas à avoir un esprit critique.

Troisième caractéristique : son orgueil. Je pense que je n'ai pas besoin de beaucoup le développer. On le voit à plusieurs occasions : elle monopolise le piano et joue avec affectation. Elle aime donc sortir une "vérité" sous forme de sermon dès que l'occasion s'y prête.

Une autre chose intéressante dans le début du livre, c'est bien Mary qui donne la définition de l'Orgueil et montre que c'est un défaut courant. Elle montre même la différence entre l'orgueil et la vanité : l'orgueil aurait trait à l'opinion envers nous-même et la vanité à l'opinion que nous aimerions que les autres aient de nous. Si on considère que cette définition est la bonne, on peut dire que Mary "défend" Darcy à sa manière et montre que son défaut n'est pas insurmontable. Darcy serait orgueilleux alors qu'une personnage comme Wickham serait vaniteux. De même, Mary serait orgueilleuse puisqu'elle se pique de ses qualités de pianiste, par exemple.


Je pense que vous êtes comme moi, vous vous êtes vous-aussi demandé si Mary n'était pas le pendant féminin de Mr Collins. Je me suis posée la question mais je vous avoue avoir de la tendresse pour Mary alors que Mr Collins aurait plutôt tendance à m'horripiler. 

Mrs Bennet pensait pouvoir pousser Mary à accepter de l'épouser lorsque Lizzie refuse de lui donner sa main. Chose qui ne se fera puisque Charlotte Lucas saisit "sa chance" et enraye les plans de Mrs Bennet. 
D'après le narrateur d'Orgueil et préjugés, Mary se dirait que même si Mr Collins n'est pas aussi intelligent qu'elle, il pourrait devenir un compagnon agréable pour elle. Selon moi, si un tel mariage avait eu lieu, le couple serait vite devenu la risée des paroissiens. De plus, aucun d'entre eux n'auraient pu justement aider l'autre à se perfectionner. Un peu trop semblables et ayant les mêmes défauts, ils auraient fait un couple un peu trop assorti. 

De plus, je pense que Mary n'aurait pas été de taille à affronter Lady Catherine et n'aurait pas non plus pu voir le ridicule de ce personnage. Je pense qu'elle aurait très mal vécu les reproches incessants de Lady Catherine et que sa personnalité n'aurait pas pu se développer.

La fin du livre nous offre une lueur d'espoir pour ce personnage. Jane Austen dit que Mary étant la seule à rester Longbourn et devant rendre les visites aux voisins sans avoir à souffrir de la comparaison de ses sœurs, sa situation s'améliore quelque peu.

J'ai l'espoir que se mêlant plus au monde, Mary développera un esprit critique et apprendra les convenances. 

Et vous ? Appréciez-vous ce personnage ?

Commentaires

  1. C'est sympa ces analyses de personnages.
    Merci pour cet article original !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! J'aime beaucoup faire ce genre d'analyse !

      Supprimer
  2. J'ai beaucoup aimé ton article ! Il est très intéressant, comme toi j'aime beaucoup Jane Austen et ces personnages sont toujours intriguants parce qu'ils sont très différents, comme toi j'ai trouvé les mêmes qualités et les mêmes defauts au personnage de Mary, je trouve que jane austen choisit délibérément de ne pas la mettre en valeur et nous laisse nous appitoyer sur son sort, alors que ce personnage a quand même dû potentiel, elle joue merveilleusement bien au piano contrairement à ses sœurs, elle lit beaucoup, elle est calme et n'est pas superficielle mais elle ne s'affirme pas assez, c'est pour cela que jane ne lui donne pas de l'importance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, elle est à la fois assez hautaine et vaniteuse : on sent qu'elle se sait supérieure à ses plus jeunes soeurs et elle est aussi assez touchante car on l'imagine mal à l'aise en société. C'est un personnage assez fascinant à creuser !

      Supprimer
  3. Jane Austen, une de mes auteurs préférés! Et, pour moi, Orgueil et préjugés demeure son chef d'oeuvre...

    Je suis tout à fait d'accord avec ton analyse du personnage de Mary; et comme toi, j'éprouve une certaine tendresse à son égard...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton passage ici ! Je comprends que Jane Austen soit une de tes auteurs préférés. Elle a une écriture et un univers formidable.
      Mary est un personnage qui me touche car je sens que Jane Austen aurait pu en dire beaucoup plus à son sujet. Elle est définie dès le début comme "étant la seule laide de la famille" et rien qu'avec cette assertion, on comprend pourquoi elle est comme elle est.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le tango du disparu (Roman graphique)

Mes mauvaises pensées

Hamish MacBeth dans : Petits crimes entre voisins [Tome 9]