La marque de Caïn


Anne Perry


photo de couverture avis critique éditions 10/18 isbn 2-264-02959-5


Un peu en-dessous des précédents romans !


Après avoir beaucoup aimé le précédent roman de la série William Monk, j'ai enchaîné avec La marque de Caïn.

Ce roman débute d'une manière très simple : Geneviève Stonefield vient signaler à Monk la disparition de son époux Angus.
Loin de se faire des illusions sur son sort, Geneviève déclare à Monk que si son époux n'est pas revenu au domicile familial c'est tout simplement parce qu'il est mort
Geneviève demande donc au détective privé de donner la preuve de sa mort afin qu'elle puisse donner les clés de la société boursière que son époux disparu dirigeait à quelqu'un d'autre car sinon c'est la faillite assurée pour la jeune femme qui a cinq enfants.

L'affaire semble déjà intéressante pour Monk. Geneviève va en plus lui faciliter les choses puisqu'elle désigne l'assassin d'Angus : son frère jumeau Caleb.
Caleb et Angus se ressemblent comme deux gouttes d'eau physiquement mais pour le reste tout les oppose. Alors qu'Angus a travaillé et gagné sa vie à la sueur de son front, Caleb est un voyou faisant régner la terreur dans le bas-quartier où il habite.

Et pourtant...
À chaque fois que Caleb a besoin d'aide , Angus accourt... et revient blessé... et refuse de parler de ce qui se passe lors de ses visites à son frère jumeau.
Le matin de sa disparition, Angus devait aller voir Caleb...

La suite Geneviève la devine et Monk va devoir enquêter dessus. 

J'ai beaucoup aimé le début de l'histoire : on retrouve tout le charme des précédents romans d'Anne Perry
Malheureusement, cela s'est un peu estompé vers le milieu du roman. Tout d'abord, j'ai très vite deviné le dénouement de l'histoire. J'ai trouvé les ficelles utilisées un peu grosses et malheureusement un peu éculées.
Du coup, le suspense n'étant pas au rendez-vous, j'ai un peu moins apprécié l'histoire. Et surtout j'ai trouvé William Monk et ses comparses un peu long à la détente...
C'est vrai même moi, j'avais tout compris alors que lui fait comme d'habitude de longs allers-retours un peu partout et interroge, réinterroge... jusqu'à enfin comprendre ce que tout le monde pouvait deviner deux cent pages plus tôt...
Pour le coup, William Monk était donc loin d'être à la hauteur de la situation.

Autre chose où il n'a pas été à la hauteur : c'est tout simplement dans sa relation avec Hester. Leur relation avait fait un grand pas en avant dans le précédent roman et là Monk fait carrément dix pas en arrière.
On le retrouve constamment énervé contre elle et surtout vraiment très puéril puisqu'il est incapable de faire face à ses sentiments.
Le seul truc qui sauve William c'est l'histoire qui resurgit du passé à son insu. Difficile d'en dire plus sans tout dévoiler de l'intrigue mais une de ses connaissance qu'il a donc complètement oublié vient se rappeler à lui et on retrouve Monk plus vulnérable que jamais.
Et, j'ai trouvé Hester adorable à sauver Monk dans l'ombre...

Si je devais résumer ce roman cela serait donc en deux mots : Monk pataugeant !
Il s'embourbe dans son enquête et dans sa vie sentimentale.
Le charme n'a pas totalement opéré pour moi dans ce roman mais je continue de retrouver avec plaisir les personnages de cette série.
Malgré la légère déception de ce roman, je vais donc continuer de lire les romans d'Anne Perry avec plaisir.


Commentaires

  1. Bonsoir Gaëtane,
    Je vous souvent passer les romans d'Anne Perry, et toujours avec des très bon commentaires (même si tu as un peu moins aimé ce tome-ci). Il va vraiment falloir que je m'y mette et que je découvre enfin cette auteure !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Adely, je deviens complètement accro. Pour celui-ci, je trouve qu'on se doute assez tôt du dénouement et que cela gâche un peu la lecture. J'espère que tu aimeras si tu as l'occasion de la lire.

      Supprimer
  2. Avec des sagas comme ça, il y a toujours des tomes meilleurs que d'autres. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, toujours un peu déçu lorsque je trouve le tome moins bon mais les personnages principaux restent attachants et j'ai toujours envie de découvrir la suite...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ma vie de lectrice en Gifs : Quand je relis Persuasion

Jane, un meurtre suivi d'Une partie rouge

Dôgen : maître Zen