Aux Cinq Rues, Lima

 

Mario Vargas Llosa 

avis critique résumé photo couverture image cocon cucul

Mitigée

L'histoire commence avec deux femmes au lit.
Elles s'appellent Marisa et Chabela et vivent au Pérou. Et, elles sont toutes deux mariées à des hommes influents.
Qu'elles aiment !
Le couvre-feu étant de vigueur, Chabela reste dormir chez Marisa.
Au cours de la nuit, comme dans un rêve étrange, Marisa et Chabela se font l'amour. Elles n'avaient jamais parlé de leur attirance l'une pour l'autre et jamais l'autre n'aurait soupçonné qu'elle puisse avoir des envies homosexuelles.
Et, pourtant, elles se font l'amour et aiment cela.

L'histoire se complique lorsque l'époux de l'une d'entre elles est pris en plein cœur d'un chantage immonde.
Des photos compromettantes dont nous ne découvrirons la teneur que plus tard et c'est le drame dans sa vie. 
On le fait chanter, lui, qui a toujours essayé de faire le bien et d'être un homme respectable.
Enrique, c'est le nom de cet époux est en bien mauvaise posture quand un homme propriétaire d'un journal à scandales souhaite le faire chanter. 
Enrique sait qu'il ne doit pas céder mais il ignore encore où sa résistance va le mener. 

Aux Cinq Rues, Lima est plutôt une lecture sympathique. J'ai aimé me sentir dépayser et découvrir les paysages et la vie péruvienne.
Mais, et c'est un grand mais, il y a des scènes de sexe tellement ridicules et un chassé-croisé sexuelle ou amoureux (on ne sait pas trop) qui m'a laissé pantoise et m'a, malheureusement, sorti de ma lecture à de trop nombreuses reprises.
Toute l'histoire du scandale est bien écrite. 
Mais, le reste est assez indigeste et toutes ces scènes de sexe m'ont ennuyé. 
Je suis, donc, assez déçue par la place de ces scènes dans le roman. J'ai trouve que justement cela prenait trop de place. 
Et, je ressors vraiment moyennement convaincu de ma lecture.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ma vie de lectrice en Gifs : Quand je relis Persuasion

Jane, un meurtre suivi d'Une partie rouge

Dôgen : maître Zen