Le dernier homme

 

Margaret Atwood

critique résumé photo couverture avec visage image chronique littérairea visage pixellisé

Bien mais...

Je pense ne pas avoir besoin de vous présenter Margaret Atwood. 
Cette auteure canadienne est connu dans le monde entier pour avoir écrit La servante écarlate (entre autres).

Dans le dernier homme, nous retrouvons des similitudes avec ce chef-d'oeuvre. Nous sommes dans un futur (pas si lointain) où une catastrophe écologique a eu lieu. 
Dans ce futur post-apocalyptique, des hommes essaient d'inventer une race d'humain non soumis ni au désir sexuel, ni à la religion, des hommes (et femmes) qui n'auraient pas d'idée artistique. 
En quelques mots, une race d'humains sans sentiments ou volonté. 
Snowman, c'est le nom de celui qui est en quelque sorte le personnage principal de ce roman, est confronté à ces humains modifiés génétiquement. 

Pourquoi ?
Pour comprendre Snowman, il faut revenir en arrière et savoir qui il était avant. 
Avant bien des catastrophes naturelles ou dues aux humains.

Dans sa jeunesse, il s'appelait Jérémy. 
Il était un garçon presque comme les autres. 
Il vivait dans un monde presque que comme le nôtre.
Presque.

L'histoire oscille entre présent et passé. 
Le roman dégage quelque chose de profondément inquiétant et malsain. 
Et, c'est peut-être pour cela que je n'ai pas réussi à l'apprécier complètement. 
Il faut dire que les flashback incessants m'ont un peu perdu quelques fois. 
Margaret Atwood nous facilite pas la lecture et j'ai bien des fois dû revenir en arrière pour être sûre d'avoir bien tout compris. 
L'univers est vraiment bien construit mais il est aussi très oppressant et la lecture est souvent très oppressante elle-aussi.
Franchement, je ne peux pas dire que j'avais envie de retrouver cet univers lorsque je fermais mon livre. 
Bien sûr, je voulais connaître le fin mot de l'histoire mais j'étais mal à l'aise par moments face à ses humains qui n'en sont pas. 
Et, en le lisant, vous verrez que même les "vrais humains" ont très peu d'humanité en eux (oui, c'est quasi philosophique). 

Le dernier homme est, donc, un bon livre d'anticipation mais c'est aussi un livre qui nous let en garde contre les dérives. 
Margaret Atwood retrouve un peu "son dada" dans ce livre futuriste qui est parfois très difficile à lire. 
Si vous avez envie de le lire, je vous conseille de ne pas le lire si votre moral est en berne car il vous fera certainement encore plus voir les choses en noir.

Commentaires

  1. Je ne sais pas si cela me plairait car je risque de me perdre avec les flashbacks. Sinon, j'ai très envie de lire de cette autrice "La servante écarlate" :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si c'est moi qui n'était pas assez concentrée ou non mais je trouve que parfois c'était un peu brouillon.

      Supprimer
  2. De l'autrice, j'ai Captive dans ma PAL et Les testaments dans ma wish. Celui-ci on verra peut-être plus tard.

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai lu aucun livre de l'autrice... Quoi qu'il en soit, même si le résumé de ce livre est tentant, ce que tu en dis me refroidis un peu :/

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ma vie de lectrice en Gifs : Quand je relis Persuasion

Jane, un meurtre suivi d'Une partie rouge

Dôgen : maître Zen