L'île du crâne [Tome 1]

 

Anthony Horowitz

avis critique de résumé photo couverture image traduit de l'anglais par Annick Le Goyat 978-2-298-13434-6

Sympathique !

Il me semble avoir lu ce livre, L'île du crâne, enfant mais malheureusement il ne m'en restait aucun souvenir et même en l'ayant fini, je ne réussis pas à me rappeler si je l'ai lu entièrement ou non.

L’île du crâne a été remis sur le devant de la scène, il y a quelques années, car l'auteur avait accusé J. K. Rowling de l'avoir en partie plagier.

L'île du crâne raconte l'histoire de David Eliot. Ce dernier a douze ans et vient de se faire renvoyer de son collège. 
Le père de David entre dans une colère noire. 
Et, comme par magie,, ce même père reçoit une lettre d'une école située sur l'île du crâne. Cette dernière promet que son fils sera remis dans le droit chemin si il y est envoyé. 
Le père de David est heureux. 
David, beaucoup moins. 
Dans le train qui l'amène à l'école, David fait la rencontre avec deux camarades. Ces derniers ont eux aussi reçu la même lettre mais l'école y est décrite bien différemment.
En vérité, chaque lettre décrit l'école de façon à ce que chaque parent veuille y envoyer son enfant.

Et, en arrivant le trio est encore plus consterné. Les professeurs sont étranges. Les élèves ont l'air éteint et aucun n'essaie de nouer contact avec eux.
Pire à leur arrivée, on leur fait signer un papier avec leur propre sang.

Où est tombé David ?
Une chose est sûre : David doit fuir !

J'ai assez apprécié ma lecture même si le livre est vraiment axé jeunesse. J'ai trouvé le livre assez drôles avec certaines scènes complètement cartoonesques et, donc, bien en phase avec le public.
J'ai passé un bon moment de lecture. 

Pour ceux qui se posent la question, il y a effectivement des points communs avec Harry Potter : l'arrivée à l'école en train, les parents de David n'ont rien à envier aux Dursley, la plume avec laquelle David signe de son propre sang est identique à celle d'Ombrage, les tableaux qui bougent (même si c'est moins marqué), les noms des professeurs contiennent des jeux de mots,...
Oui, il y a des similitudes. 
Cependant, je pense que J. K Rowling s'est inspirée de bons nombres d'auteurs de fantasy (comme bien des auteurs avant et après elle) et si je devais faire un parallèle entre Harry Potter et l'oeuvre de Tolkien, je trouverais certainement autant voire plus de similitudes. 
Parler de plagiat serait, donc, aller bien loin.

De mon côté, je compte lire Maudit Graal qui est la suite de cette histoire prochainement et vous aurez, donc, droit à une autre chronique dans peu de temps.
 
Envie de lire le tome deux ?


Commentaires

  1. J'avoue que tu m'intrigues avec celui ci !

    RépondreSupprimer
  2. Ah je l'avais lu au collège me semble t-il. Il est encore dans ma bibliothèque. C'était avant Harry Potter c'est sur ! J'avais super envie aussi de recevoir ma lettre. Elle n'est jamais venue :-( ! Je n'avais pas du tout fait le rapprochement avec Harry Potter et maintenant que tu le dis ça fait beaucoup de coïncidences ! Je n'ai jamais lu la suite mais je serai curieuse de lire ton avis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du coup, j'ai lu la suite et je l'ai vraiment aimé aussi même si on devine un peu facilement la fin (il faut dire que ça reste jeunesse). J'ai bien apprécié en tout cas.

      Supprimer
  3. Je me souviens que J.K. Rowling avait été accusée de plagiat, mais je ne me souvenais plus du livre qui faisait polémique. Et bien je suis bien tentée par ce livre. J'ai bien envie de le découvrir grâce à ce que tu en as dis. Je vais l'ajouter à ma wish-list :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, alors il est beaucoup plus jeunesse que les Harry Potter (surtout les derniers) mais il est sympa. Il faudrait vraiment s'amuser à voir toutes les coincidences / ressemblances. Après l'univers est quand même bien différent et les livres de fantasy / sorcellerie ont souvent des points commun. A la rigueur, on peut aussi se dire que Dumbledore est très inspiré de Gandalf lui-même inspiré de Merlin. Parler de plagiat me semble un peu excessif.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ma vie de lectrice en Gifs : Quand je relis Persuasion

Jane, un meurtre suivi d'Une partie rouge

Dôgen : maître Zen