Les Femmes Lumière


Ana Bellmann


photo de couverture avis critique librinova roman à lire belle couverture féminisme

Un très beau roman !


La semaine dernière, j'ai eu le plaisir d'être contacté par les éditions Librinova qui m'ont proposée  ce service presse : Les Femmes Lumière d'Ana Bellmann.
Immédiatement, le résumé m'a plû grâce à quelques mots clefs : droit de vote des femmes, Nouvelle-Zélande, Histoire...
J'ai, donc, accepté ce service presse et ai dévoré quasiment aussitôt ce roman.

Au début du XIXe siècle, la vie est difficile pour tous en Angleterre.
C'est ainsi qu'un couple et ses enfants (sous l'impulsion de l'autoritaire père de famille) se décide à partir en Nouvelle-Zélande pour évangéliser les Maori.
C'est ainsi qu'après quelques années difficiles, la famille se trouve une place dans la société néo-zélandaise tout en se pensant supérieure aux Maori.
Le père de famille est donc pasteur et est toujours plus dure envers son épouse et ses enfants.

Pourtant, sa fille Madleen va tomber amoureuse d'un fils de chef et, dans le même temps, tomber amoureuse de sa liberté.
Son histoire d'amour sera mal vécue des deux côté : chez les Maori et chez les immigrés britanniques. Personne ne souhaite l'union d'une fille de pasteur blanche et d'un fils de chef Maori.

Le pasteur va donc vouloir imposer à Madleen un époux...

Mais, je vous l'ai dit : Madleen est, avant tout, amoureuse de sa liberté.
Personne ne lui imposera quelque chose...
Madleen part donc pour une vie nouvelle loin de son père...

Une épopée familiale commence donc...
L'histoire de Madleen s'inscrit dans la grande histoire Néo-Zélandaise.
Nous découvrons les premières suffragettes.

Gif


 Vous l'avez, je pense, compris en lisant mon résumé du roman : j'ai été conquise par cette histoire. J'ai beaucoup parlé de Madleen pour raconter le début de ce roman mais ce livre est une histoire de Femmes et de nombreuses femmes !
La romance du début de l'histoire est un prétexte pour nous amener vers une histoire beaucoup plus large et vers l'Histoire du droit de vote des femmes.

C'est une véritable fresque historique que nous avons dans ce livre d'Ana Bellmann. Les récits de vie s'entrecroisent et nous rencontrer de très beaux personnages qui s'entrecroisent tout au long du récit. 
Je le dis, souvent, lorsque je chronique mes livre et c'est ici le cas : c'est un plaisir de rencontrer des personnages nuancés qui ne sont ni tout noirs ni tout blancs et qui n'en paraissent que plus humains.

En lisant ce livre, j'ai aussi appris pas mal de chose sur l'histoire du droit de vote : c'est un aspect que j'ai beaucoup apprécié.
Saviez-vous que la Nouvelle-Zélande faisait parti des précurseurs sur ce plan puisque le suffrage universel a été adopté dès 1893 ? Moi pas !

Encore une fois, c'est un livre, à la fois intéressant, documenté et émouvant que je viens de refermer : un très joli livre en somme !


Commentaires

  1. J'aime beaucoup ton enthousiasme pour ce roman, qu'encore une fois je ne connaissais pas du tout

    RépondreSupprimer
  2. J'adore les fresques historiques empreintes de fiction. Elles ont le charme unique que confère l'imagination d'un auteur, et en même temps nous en apprennent à touche fine sur une époque à laquelle on ne se serait pas forcément intéressés initialement. Je le rajoute donc à ma liste à lire !
    Safran (coffeeandbooksblog.blogspot.fr)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Maudit Karma !

Ma vie de lectrice en Gifs : Quand je lis la romance presque parfaite d'une accro à Noël

Numéro 11