Un deuil dangereux


Anne Perry


photo de couverture avis critique William Monk 10-18 isbn 978-2-264-06487-5 Elisabeth Kern


Toujours parfait !


Après avoir adoré Un étranger dans le miroir, j'ai enchaîné avec un deuil dangereux. Il faut dire que j'ai emprunté un livre regroupant les deux premières enquêtes de William Monk et que je n'ai pas eu à me forcer pour lire la deuxième histoire...

Première bonne surprise dès les premières pages : nous avons des nouvelles de la précédente enquête. Je ne veux pas gâcher la fin du précédent roman, donc, je n'en dis pas beaucoup : juste que nous avons en toile de fond le procès du coupable de la précédente histoire.
J'ai beaucoup aimé que cela ne soit pas oublié.
De même, nous avons le retour de notre équipe de choc Evan-William Monk et ça c'est la deuxième bonne nouvelle.
La troisième est que nous avons des personnages attachants du tome un qui reviennent, qui prennent un peu plus de place et que cela augure du bon pour la suite de cette série des enquêtes de William Monk.

Vous vous en doutez un nouveau meurtre a été commis en ville et, le supérieur de Monk, Runcorn charge notre inspecteur préféré de l'enquête. 
Et, encore une fois, il s'agit d'un meurtre commis dans la haute aristocratie anglaise.
Et, encore une fois, Runcorn guette les faux-pas de Monk pour lui créer des ennuis. 

Octavia Haslett est donc la victime de meurtre. Veuve et fille de Sir Basil, elle habitait comme toute la famille chez Sir Basil.
Au premier coup d’œil, elle semble avoir été assassiné par un voleur en pleine nuit. À première vue... Mais dès le début de l'enquête, Monk se rend compte qu'il est tout simplement impossible qu'un voleur ait pu pénétrer dans la maison à l'insu de tous.
Une seule conclusion est possible : le meurtrier fait parti de la maison.
Une nouvelle qui est loin de faire plaisir à Sir Basil soucier de garder intact l'honneur de sa famille... et de son nom.
Les autres membres de la famille semblent d'accord : le meurtrier ne peut-être que l'un des domestiques.

Mais quel serait le mobile de ces domestiques ? Pourquoi l'un d'entre eux aurait tué Octavia ? Par Jalousie ?
Monk n'est pas convaincu par cette hypothèse.
Il va, donc, devoir mettre les pieds dans le plat afin de découvrir la vérité. Interrogatoires des membres de la famille et fouilles de la maison sont au programme de l'enquête... pour le plus grand déplaisir de Sir Basil... et de Runcorn.

Eh bien, j'ai une nouvelle fois adoré ce roman ! Je me suis fait balader de fausses pistes en fausses pistes et j'ai adoré la manière dont Anne Perry décrivait les faux-semblants.
Cette enquête est toujours aussi ingénieuse.
Les personnages sont encore plus attachants que dans le premier tome. 
Je le redis : j'ai adoré ce roman.
J'espère pouvoir lire très vite la suite des aventures de William Monk...

Et vous ? Connaissez-vous William Monk et aimez-vous cette série ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Maudit Karma !

Ma vie de lectrice en Gifs : Quand je lis la romance presque parfaite d'une accro à Noël

Numéro 11