Un étranger dans le miroir


Anne Perry


photo de couverture avis critique William Monk 10-18 isbn 978-2-264-06487-5 Roxane Azimi


Un roman policier victorien plus que réussi !


Imaginez-vous : vous vous réveillez un matin dans un hôpital, mal au point, et vous vous rendez compte que non seulement vous ne savez où vous êtes et ce qui vous a conduit ici mais en plus vous ne savez même plus qui vous êtes !

Eh oui : une amnésie totale. C'est ce qui arrive à William Monk dans l'Angleterre victorienne. Pour corser le tout, il se rend compte qu'il est policier, qu'il doit enquêter sur un meurtre dans une famille riche d'aristocrate et que son chef n'attend qu'un faux pas pour le mettre à la porte.

Alors que feriez-vous à la place de William Monk ? 
Lui, est bien décidé à cacher son amnésie à tous et à essayer d'enquêter sur son passé en même temps que sur une affaire de meurtre.

Des deux côtés, rien n'est simple. 
Le peu qu'il découvre sur son passé lui renvoie une image fort peu sympathique. Il ne semble pas avoir d'amis.
La seule personne qui lui écrit est sa sœur et si cette dernière lui écrit très souvent, il semble qu'il ne lui ait pas beaucoup répondu.
Au contraire, il semble avoir tout fait pour faire oublier ses origines modestes et gravir les échelons de la police.
William Monk n'était t-il qu'un inspecteur ambitieux ?

Du côté de l'enquête, rien n'avance comme il le veut !
Joscelin Grey a, donc, été assassiné. Il était le frère cadet du Lord Shelburne et sa mère ne jure que par lui.
Comme toutes les femmes, en vérité.
Joscelin Grey avait le don de charmer son entourage.
Ses frères semblaient bien fades à côté de lui. Ne serait-ce que la jalousie envers ce jeune homme qui parle lorsque son frère dit de lui qu'il était : "un tricheur" ? 
Ou y a t-il un fond de vérité ? Joscelin Grey se serait-il un peu trop servi de son charme pour mentir ?

William Monk va devoir découvrir la vérité et surtout marcher sur des œufs... il semble que ces aristocrates n'aiment pas beaucoup qu'un policier vienne fouiner dans leurs affaires...


C'est tout simple : j'ai adoré ce roman !
Anne Perry n'écrit pas de personnages tout noirs ou tout blanc... et elle semble prendre un malin plaisir à nous demander de voir au-delà des apparences.
William Monk et son jeune acolyte Evan sont deux personnages très attachants. Monk est prêt à se remettre complètement en question et Evan est parfait dans le rôle du collègue sympathique mais qui n'hésite pas à dire à son supérieur ce qu'il pense.
L'intrigue est très bien mené même si on se doute de pas mal d'éléments avant la révélation finale et la révélation finale est à l'image du roman.
Rien n'est noir, Rien n'est blanc. Les méchants et les gentils ne sont certainement pas ceux auxquels on pense...

Un roman que je vous recommande donc et, pour conclure cette chronique, je ne résiste pas à vous livrer ce "détail" de la vie d'Anne Perry que vous connaissez peut-être déja : Anne Perry a été reconnu coupable de l'assassinat de la mère de sa meilleure amie (avec sa meilleure amie) à 15 ans.
Cette histoire a, par ailleurs, inspiré le film : Créatures célestes de Peter Jackson.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Maudit Karma !

Ma vie de lectrice en Gifs : Quand je lis la romance presque parfaite d'une accro à Noël

Numéro 11