Et tu m'as offert ton soleil


Virginie Sarah-Lou

couverture fleurs violette foncée avis critique résumé photo couverture image chronique littéraire

Pas totalement convaincue !

Comme souvent je vais commencer ma chronique en disant que j'ai choisi de lire ce roman complètement par hasard. 
Je l'ai vu dans la bibliothèque municipale que je fréquente et j'ai apprécié sa couverture élégante ainsi que son titre qui m'a fait penser que le livre serait résolument positif. 
Je ne connaissais pas non plus l'auteure. Et, pourtant dans ses remerciements, elle dit que "Et tu m'as offert ton soleil" est son quatrième livre.

Le livre commence avec Clémence. 
Cette dernière vide son sac lors d'un entretien d'embauche et dit absolument tout ce qu'elle pense et, contre toutes attentes, son futur patron lui crée un emploi sur-mesure.
Clémence sera la nouvelle chargée de mission pour l'égalité hommes-femmes au sein de l'entreprise, et, Clémence ne sait absolument pas ce que cela signifie ni ce qu'elle va faire de ses journées.
Heureusement, elle peut compter sur son amie Adèle pour lui remonter le moral et débriefer avec elle ses nouvelles missions. 
Oui, heureusement qu'Adèle est là parce que Clémence ne peut pas vraiment compter sur sa famille. 
Sa mère est dépressive depuis la naissance de Clémence. 
Clémence avait un jumeau qui est mort-né et la mère de Clémence ne parvient pas à surmonter cette douleur. 
Cela a fait fuir son époux.
Et, cela a poussé Clémence a devenir une mère pour sa mère. 

Bien que le sujet soit touchant, j'avoue n'avoir été que moyennement convaincu par le roman de Virginie Sarah-Lou. 
Le personnage de Clémence est sympathique. Tout comme celui du chef d'entreprise. La mère de Clémence n'est, à mon goût, pas assez mis en avant et les chapitres consacrés à cette dernière auraient mérité d'être plus étoffé.
Je trouve aussi que la fin du livre va un peu trop vite. Le fait que l'amour sauve tout est un peu étrange. On parle d'une femme dépressive depuis plus de trente ans et on l'a fait sortir de cette dépression bien trop vite pour rendre cette histoire crédible. 
Bizarrement, mes chapitres préférés sont ceux consacrés au travail de Clémence. Le monde du travail est vraiment décrit d'une manière utopique dans ce roman mais j'ai plutôt apprécié ce coté. 
Autre point négatif : les allers-retours en arrière. Je trouve que cela n'est vraiment pas justifié. Et, cela m'a vraiment perturbé pour ne pas dire que cela m'a carrément gonflé par moments.

Pour moi, ce roman n'est pas un mauvais livre mais il aurait mérité d'être plus étoffé par moments et certains passages un peu trop "tire-larmes" où Clémence se retrouve devant une institutrice méprisable sont un peu en trop. 

Commentaires

  1. Mince dommage. Mais je comprends que tu aies été attirée par la couverture !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai rarement croisé un tel sujet dans mes lectures, mais je ne sais pas trop si je lirai ce livre...

    RépondreSupprimer
  3. Malgré quelques bonnes choses, je ne pense pas tenter cette lecture :/

    RépondreSupprimer
  4. Coucou Gaëtane,
    dommage la couverture était prometteuse.
    Passe une belle semaine, bisettes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou : c'est vrai mais au final, c'est une déception.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Cet été-là

Les jeux des garçons

Nid de guêpes