Le libraire d'Amsterdam

 

Amineh Pakravan 

avis critique couverture litterature iranienne résumé photo image éditions nouveau monde typographe couverture avec libraire

Ennuyeux

J'ai choisi de lire Le libraire d'Amsterdam d'Amineh Pakravan tout simplement parce que la couverture me plaisait ainsi que son titre.

La quatrième de couverture m'a tout autant conquise. Elle parle du travail d'imprimeurs au XVIIe siècle, un dynastie même de typographe et d'imprimeurs. 
Elle parle de rivalité dans le métier et aussi d'envie de découverte du nouveau monde. 
Elle parle histoire, elle parle voyage, elle parle bien.

Malheureusement, pour moi, la lecture fut bien laborieuse et j'ai même pensé, à plusieurs reprises, à abandonner ce livre.

L'histoire raconte la vie des Pradel, imprimeurs de profession.
Guillaume Pradel, le fils, habite Amsterdam en 1638 et il nous retrace la vie de son père et de son grand-père. 
Comme lui, ils étaient imprimeurs. 
Guillaume Pradel va aussi parler de lui. Lui-même est libraire et cartographe. Il est avide de savoirs comme ses métiers le laissent présager.
Tout en ayant d'en savoir toujours plus, Guillaume Pradel doit faire face aux guerres de religions. Entre le catholicisme et le protestantisme, la bataille fait rage et ceux qui ne suivent pas la religion du moment se feront forcément violenter si ce n'est pire. 


Comme je vous l'ai dit, le lecture fut bien laborieuse. 
Pour le dire simplement : je me suis ennuyée quasiment tout le long de ma lecture. La seule chose qui, pour moi, sauve ce roman c'est tout l'aspect "guerre des religions". 
C'est pour ce seul aspect que je n'ai pas abandonné ma lecture. 
Je l'ai trouvé particulièrement bien traité dans Le libraire d'Amsterdam et j'ai pris plaisir à lire les passages qui y était concentré.
Pour le reste, on comprend la haine dans la famille des Pradel et on a l'impression qu'on ne sortira jamais vraiment de cela. 
Je pensais qu'on allait entrer, un peu plus, dans les détails de ces métiers : libraire, imprimeur ou cartographe mais j'ai trouvé que tout restait en surface et que l'histoire n'avançait vraiment pas. 

Je suis, donc, ressortie de ma lecture assez déçue. Le livre n'était pas du tout ce à quoi je m'attendais et je me suis trop ennuyée pour appréciée ma lecture.

Commentaires

  1. Dommage que tu te sois ennuyée!
    Dans le genre, j'avais lu il y a longtemps "Le Maître de Garamond" d'Anne Cuneo, également sur le monde des imprimeurs, au temps de la Réforme.
    Bonne fin de journée et bonnes lectures!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le conseil lecture ! Bonne journée à toi

      Supprimer
  2. Je vais passer mon tour pour celui-là.
    Bisettes

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Celle que je suis

Sans passer par la case départ

L'embarras du choix