Ni partir ni rester


Julián Fuks


photo de couverture image roman brésilien critique avis chronique roman à lire grasset faquelle

Un beau témoignage !


Sebastian est un écrivain brésilien qui a un frère adopté. 
Ce frère a été adopté par ses parents, bien avant sa naissance, avant que ces derniers ne quittent l'Argentine.
Le bébé leur a été confié par une sage-femme juste avant le coup d'état de 1976. 

C'est ensuite au Brésil que naitront Sebastian donc et une plus jeune sœur.  

Le frère de Sebastian connait, bien entendu, son histoire. Il sait être un enfant adopté. Si Sebastian décidé d'écrire l'histoire de son frère c'est qu'il voit son frère se refermer sur lui-même et être de plus en plus mutique.

Sebastian va donc partir lui-même en Argentine sur les traces des grands-mères de la place de Mai : ses femmes ont eu la douleur de voir leurs enfants kidnappés. 
Cette association a pour but de retrouver et de rendre les enfants kidnappés, pendant la dictature argentine, à leur famille. 

Si vous voulez en savoir plus sur ces bébés volés, je vous encourage à voir ce documentaire :


J'ai beaucoup aimé lire ce roman qui m'a fait (re)découvrir l'histoire de l'Argentine et de l'Amérique du sud.
J'ai trouvé l'écriture de Julián Fuks simple et touchante.
L'histoire nous est raconté sans pathétisme et j'ai beaucoup aimé la démarche de cet écrivain qui essaie de découvrir une vérité tout en reconnaissant que la vérité est incertaine et peut être douloureuse.

Il nous parle de sa propre perception de l'adoption de ce frère. Il se pose des questions sur lui-même... Est-ce différent pour lui de savoir que son frère a été adopté.
Il évite ainsi les faux-sembalants.

C'est vraiment un très joli livre que je viens de refermer.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Maudit Karma !

Ma vie de lectrice en Gifs : Quand je lis la romance presque parfaite d'une accro à Noël

Numéro 11