L'enchanteur


Vladimir Nabokov


photo de couverture avis critique Rivages

Dérangeant !


J'ai emprunté ce livre à ma bibliothèque municipale un peu par hasard et un peu parce que j'avais de redécouvrir l'auteur de Lolita.
J'avais, en effet, beaucoup aimé la plume de Nabokov dans ce classique de la littérature.

L'enchanteur est une courte nouvelle... où on retrouve un peu le même thème puisque le personnage principal aime les très jeunes filles.
À 40 ans, l'homme fantasme sur les enfants et tombe sur une fillette de 12 ans. Il réussit à se faire présenter à sa mère, veuve. 
L'homme va épouser la mère pour devenir proche de la fillette.

L'homme espère ainsi pouvoir utiliser l'innocence de l'enfant pour assouvir ses fantasmes.

Comme je l'ai dit dans le titre de ma chronique, cette histoire est vraiment dérangeante. On rentre dans l'esprit de ce pervers et j'ai vraiment eu beaucoup de mal avec cela.
Nabokov nous donne toutes les clefs et tous les fantasmes de cet homme qui veut violer une fillette de 12 ans.
Je suis vraiment ressortie de ma lecture avec un grand malaise.

Je suis donc bien embêtée pour écrire ma chronique et pour donner mon avis car je reconnais le génie de Nabokov qui a réussi, en quelques pages, à faire naître un malaise en moi et à me bousculer tout au long de cette lecture. Mais, je ne peux pas dire avoir apprécier cette lecture.
J'imagine bien que Nabokov voulait ne pas nous laisser indifférent et cela fonctionne parfaitement... 

Je me suis donc posée ces quelques questions avant de rédiger ma chronique pour essayer de démêler mes sentiments à propos de cette nouvelle :
Est-ce un bon livre ? Certainement.
Est-ce un livre que je relirai ? Non.
Est-ce que je le recommanderai ? Non plus.


Je suis donc très curieuse de savoir si vous avez lu ce livre et ce que vous en avez pensé... Je suis également curieuse de savoir si des livres vous ont fait l'effet que je décris... 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Maudit Karma !

Pass sanitaire et Bibliothèques : Pourquoi je suis en colère

Les tours de Barchester