Carnets de thèse


Tiphaine Rivière


photo de couverture avis critique bande dessinée these graphismeimage


Une bande dessinée très drôle !


Travaillant dans une bibliothèque universitaire et côtoyant des doctorants, j'ai beaucoup entendu parler de cette bande dessinée.
Tiphaine Rivière y conte ses mésaventures de doctorante et c'est décomplexé, drôle et réaliste.

Car tout n'est pas rose dans la vie d'une jeune femme parisienne qui est acceptée en thèse sans le moindre financement.
Pourtant l'héroïne va quitter son emploi de professeur de collège pour se lancer pleinement dans cette aventures.

Des rencontres déprimantes : Avec entre autres, une doctorante qui elle est agrégée et une secrétaire d'université qui passe son temps à ne pas répondre aux demandes des étudiants,...
Des passages obligés à la Bibliothèque Nationale de France où elle doit se battre pour avoir une prise.
Un directeur de thèse aux abonnées absents...





Il y a beaucoup de moments de découragements et de remise en question. Pas facile d'expliquer qu'au bout de plusieurs mois années, notre doctorante n'a pas encore commencé à rédigé sa thèse.
Non, elle est simplement presque venue à bout de son plan...

Pas facile non plus de répondre aux questions de sa famille sur cette thèse qui n'avance pas.





J'adore cette planche qui montre m'humour incisif de Tiphaine Rivière. Et, puis, qui n'a jamais eu ce sentiment (même sans avoir écrit de thèse) de devoir répondre à des questions en portant un masque et en souriant alors qu'on a qu'une envie : fuir ?

J'aime également beaucoup le fait que l'auteure ne ménage pas son double de papier. Elle ne se victimise pas et montre que son héroïne peut aussi être insupportable à ne penser qu'à sa thèse et à jalouser les autres...

C'est une bande dessinée que j'ai vraiment beaucoup apprécié. Et, si je n'ai pas réussi à vous convaincre, je vous conseille le blog de Tiphaine Rivière où vous verrez tout son talent.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Maudit Karma !

Pass sanitaire et Bibliothèques : Pourquoi je suis en colère

Les tours de Barchester