Les primates de Park Avenue


Wednesday Martin


photo de couverture avis critique éditions globe essai à lire jolies couvertures

Un essai à lire !


Quand je suis tombée sur ce livre dans la bibliothèque municipale que je fréquente, je pensais tomber sur un roman. 
Et comme il n'y a pas de quatrième de couverture, je suis bien obligée de vous avouer que je l'ai emprunté uniquement parce que la couverture était jolie...

Alors lorsque j'ai commencé ma lecture, je fus bien surprise : ce livre n'est pas un roman mais tout simplement un essai sociologique, anthropologique très drôle et très instructif.

Parce que Wednesday Martin n'a nul besoin de partir loin pour faire une étude anthropologique. Si elle cite souvent Marcel Mauss (qui a étudié de près les sociétés tribales) et Bronisław Malinowski (qui a étudié les peuple des Îles Trobriand en Nouvelle Guinée), Wednesday Martin va elle s'intéresser un autre genre de tribu : celle de l'Upper East Side.

N'étant pas une grande connaisseuse de New York, je précise (puisque j'ai dû me renseigner moi-même) que ce quartier est un quartier du nord-est de l'arrondissement de Manhattan.
C'est aussi le quartier où se déroule les intrigues de Petit déjeuner chez Tiffany et du Diable s'habille en Prada.

Wednesday Martin vient d'emménager dans ce quartier et ces études en anthropologie vont bien l'aider à s'acclimater aux mœurs et aux us et coutumes de ce quartier riche.
Un quartier où ceux sont les femmes qui choisissent l'habitation à acheter. Un quartier où les femmes ne travaillent pas car leurs époux sont riches. Un quartier où à 8h du matin, les femmes sont toutes sur leur 31 à se jauger les unes et les autres.

Alors bien sûr, cette description fait sourire. Elle donne l'impression que Wednesday Martin est une "pautre petite fille riche" qui recherche des amies. Mais quand on la lit, on se dit que cela n'a pas dû être facile quand même.
Elle inscrit son fils à l'école maternelle et comprend vite qu'elle doit se mêler aux mères de famille pour que son petit garçon (et elle-même) ait une vie sociale mais il y a un hic.
Et le hic est que ces mères de famille l'ignorent.
Et quand je dis "ignorer", c'est vraiment ignorer. Elles ne répondent pas à ces "bonjour" quand Wednesday Martin les salue et bien sûr ne daigne pas lui répondre lorsqu'elle invite un camarade de classe de son fils à jouer chez elle...

Wednesday Martin tient donc son journal de bord où elle raconte ses mésaventures et ses efforts pour se faire accepter par cette tribu.
Et, moi qui ait vraiment dû mal avec les histoires qui se passent dans les milieux trop favorisés et où les problèmes semblent n'être que : où partir en vacances et quelle robe s'acheter, je me suis prise au jeu et j'ai été conquise par ce livre.

Même quand l'auteure fait passer l'achat d'un sac Birkin de Hermès comme une quête ultime, comme l'aventure de sa vie, je n'ai pas levé les yeux au ciel pendant ma lecture.
Au contraire, j'ai compris pourquoi elle le voulait.

J'ai trouvé que Wednesday Martin remettait un peu d'humanité dans ce quartier de riches. Elle sait faire preuve de dérision et d'autodérision sur la vie qu'elle mène (elle se fait faire un brushing chez le coiffeur alors qu'elle sent ses premières contractions). Elle nous montre que derrière ses femmes qui semblent très sûres d'elles se cachent des histoires tristes. Des peurs bien réelles. Et souvent des addictions qui prouvent bien leur mal-être.

Alors point bonus : cela ne m'a pas du tout donné envie de "devenir riche". Je n'ai pas du tout envié ces femmes tout au long de ma lecture. Bien au contraire...

Commentaires

  1. C'est vrai que la couverture est très sympa et l'idée de découvrir les dessous de tout ça est intrigant !

    RépondreSupprimer
  2. Une belle découverte alors ! Cette étude sur le petit monde de ces rich desperate housewives a l'air assez amusant et intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je ne sais pas si je l'aurais pris en connaissances de causes mais ce livre m'a bien plu ! Et puis, j'aime bien le fait qu'elle essaie de s'intégrer, voie les mauvais côtés mais en même temps ne juge pas.

      Supprimer
  3. Upper East Side, ça me fait penser à la série Gossip Girl ^^
    Curieuse de lire ce livre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas vu cette série mais le livre est quand même bien sympa ;p

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Maudit Karma !

Ma vie de lectrice en Gifs : Quand je lis la romance presque parfaite d'une accro à Noël

Numéro 11