La religieuse


Diderot



Photo de couverture Avis Blog classique à lire ISBN 978-2-253-00969-6



La religieuse est un court roman de Diderot publié en 1796.

Et ce roman n'est rien de moins qu'un chef d'oeuvre !


Diderot imagine le sort d'une jeune fille : Suzanne Simonin.
Alors que ses sœurs se voient mariées, Suzanne est, elle, envoyée dans un couvent. Pourquoi ?
Tout simplement parce qu'elle est le fruit d'un adultère et  que sa mère veut la protéger de l'opinion des hommes et du diable.

Suzanne n'est pas d'accord du tout pour rentrer dans les ordres et nous conte ses aventures dans ce couvent.
Ce roman est rédigé à la première personne du singulier sous forme de mémoires et c'est ce qui en fait un roman très réaliste.

Mais la religieuse est surtout une satire de la vie dans les couvents et des déviances que celle-ci peut entraîner.
Dans ce roman, nous verrons donc des religieuses harcelant sans cesse Suzanne, une mère supérieure tentant de la séduire et la rejoignant la nuit dans son lit et cette même mère supérieure sombré dans la folie.
On comprend vit que ce roman fut mal reçu à son époque.

Nous vivons avec Suzanne son calvaire mais ce roman est aussi très drôle dans ses réflexions. Alors qu'elle pense se faire tuer devant l'autel, Suzanne dit comprendre en quoi la religion catholique est supérieure aux autre. Voir le Christ sur sa croix lui rappelle qu'il a souffert et que ses souffrances à elle ne sont rien.
Diderot est un écrivain très incisif et sachant manier l'ironie sous les faux compliments. 
Les couvent où va Suzanne sont différents mais dans chacun elle souffrira sous différents prétextes. 

Bien sûr, nous ne sommes plus au XVIIIe siècle et les critiques sur les couvents ne peuvent que nous faire sourire mais ce roman reste une véritable ode à la liberté de choix et c'est ce que j'ai aimé lors de ma lecture. 
Suzanne est catholique et n'a rien contre la religion (bien au contraire) mais Suzanne ne veut pas être une religieuse. C'est ce que défend Diderot dans ce livre. 
Suzanne ne peut être punie pour les péchés de sa mère et devrait pouvoir choisir sa vie. 

C'est donc un roman qui dans ses idées est résolument moderne.
J'ai pris beaucoup de plaisir à le découvrir et à le lire.

Commentaires

  1. Je comprends que Suzanne ne veuille pas rentrer des les ordres pour le coup. En tout cas ça a l'air interessant comme sujet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est une très jolie réflexion de Diderot sur la place de la religion à son époque. Le personnage de Suzanne est vraiment très moderne et c'est surtout un très beau portrait de femme !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Maudit Karma !

Ma vie de lectrice en Gifs : Quand je lis la romance presque parfaite d'une accro à Noël

Numéro 11