La compagnie des spectres


Lydie Salvayre


Photo de couverture Editions du seuil Avis Blog ISBN 2-02-028945-8



4e de couverture :

Deux femmes, la mère et la fille, vivent recluses dans un petit appartement. Survient, Maître Échinard, un huissier de justice chargé de procéder à l'inventaire de leurs biens avant saisie. Et c'est l'affolement.

La mère, Rose, voit aussitôt dans cet intrus un milicien aux ordres de Darnand. C'est que pour elle le monde s'est arrêté en 43, l'Occupation dure encore, et Darnand, Pétain et les autres sont encore là. D'ailleurs elle leur parle, sans arrêt. Et les insulte, abondamment.
La fille, Louisiane, se bouche les oreilles. Les élucubrations de sa mère, ses éclats, ses fracas, les spectres avec lesquels elle dispute jour et nuit, les injures jetées au Maréchal qu'elle appelle Putain, tout cela l'exaspère.

Devant l'homme de loi impassible, les deux femmes vont se livrer à de furieux soliloques et tisser le récit, aussi hilarant que monstrueux, de leurs batailles et de leurs douleurs, de leur mémoire et de leur peur.


Mon avis :

Pfou !!!


Que dire ?
Je suis bien embêtée pour parler de ce roman. 

Je vais commencer par rappeler que Lydie Salvayre est la lauréate du prix Goncourt 2014 pour le roman Pas pleurer.
Et, moi je la connais surtout pour Sept femmes : un ouvrage où Lydie Salvayre parle d'Emily Brontë, Sylvia Plath et Virginia Woolf, entre autres. Un livre vraiment remarquable que j'ai vraiment apprécié : il faut dire que j'ai une admiration particulière pour Sylvia Plath et Virginia Woolf.

Mais revenons à La compagnie des spectres. Un huis-clos entre trois une mère, une fille et un huissier de justice venu faire l'inventaire de leurs biens. La mère ne cesse de parler de la seconde guerre mondiale et la fille ne cesse de la rabrouer et pendant tout ce temps j'ai eu l'impression que Lydie Salvayre ne cessait de se regarder écrire.
Et moi, je n'ai cessé de m'ennuyer pendant ma lecture. 

J'ai tout trouvé un peu trop : le style de Lydie Salvayre en particulier et plus précisément toutes les phrases prononcées par la fille Louise : son ton beaucoup trop ampoulé, son vocabulaire très (trop ?) riche pas du tout naturel et donnant l'impression que l'auteure avait essayé de placer tout les mots du dictionnaire non utilisés. 
L'histoire n'est pas si passionnante : on se lasse vite de la mère qui se croit en 1943, de l'huissier qui continue son inventaire et de la fille qui essaie tantôt de calmer sa mère et tantôt de la rabrouer (à la limite de l'insulte).

Vous l'aurez compris, ce roman est une grosse déception pour moi !
Et vous ? Avez-vous lu et aimé ce roman ?

Commentaires

  1. Ce n'est pas une auteure qui m'intéresse énormément pour le moment, donc je passe :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sa biographie 7 femmes est vraiment bien. J'ai appris pas mal de choses.
      Mais là,...
      Grosse déception !

      Supprimer
  2. Mince compliqué du coup. Désolée que ça n'ait pas bien marché.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, c'est dommage? je tenterais peut-être Pas pleurer mais pas tout de suite...

      Supprimer
  3. Je n'ai pas adhéré non plus... Trop... tout...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça me rassure un peu : je ne sais pas si je suis passée à côté de quelque chose ou non mais au moins je ne suis pas la seule à ne pas avoir apprécié.

      Supprimer
  4. Ta déception me fait freiner. Ce n'est pas pour moi :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas du tout apprécié cette lecture. Je n'ai pas réussi à entrer ni dans l'histoire ni dans la psychologie des personnages.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire