Celle que je suis

 

Claire Norton



avis critique résumé livres imagine couverture enfant et mère en couverture image chronique littéraire

Bien

J'ai choisi de lire ce roman complètement, par hasard. Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre en lisant ce roman et je ressors de ma lecture conquise par l'écriture de Claire Norton.

Dans ce livre, Valentine est une mère de famille. Elle a un fils et vit dans un appartement avec ce dernier et son époux. 
Valentine est libraire à mi-temps et on comprend qu'elle a deux vies.
Une vie où elle est seule avec son fils (pendant que son mari travaille), et, où elle travaille. 
Et, une vie avec son mari. 
Dévouée à son enfant, Valentine ferait tout pour son fils. Quitta à vivre l'enfant avec son mari. Car, Valentine est une femme battue.
Une femme qui se prends des coups tous les jours ou presque. 
Une femme qui subit aussi le harcèlement moral de son époux qui la rabaisse sans cesse. Un mari qui n'hésite pas, non plus, à la couper du monde extérieur. 
C'est à tel point que lorsque Valentine se met à tisser une amitié avec une dame agée, résidente de son immeuble, elle préfère ne rien dire à son mari. 
Elle sait qu'il l'interdirait de la voir.

Pourquoi ?
Tout simplement, parce que son mari perd de l'emprise qu'il a sur elle, à chaque fois, que Valentine parle à une personne extérieure.
Eh oui, c'est pour cette raison qu'il souhaite tant l'isoler du monde extérieur. 
Il a peur, aussi, que Valentine se confie sur les coups qu'elle reçoit. 

Au contact de cette dame, et, prenant conscience que son lari ne changera pas, Valentine va essayer de s'extirper des griffes de son bourreau...

J'ai beaucoup apprécie ma lecture de Celle que je suis. 
Même si, comme vous vous en doutez, il y a beaucoup de passages très difficiles. La lecture des coups que subit Valentine n'est pas facile à lire.
Tout comme l'histoire d'autres femmes battues qui jalonnent la lecture. 
Claire Norton décrit très bien son histoire. Elle arrive à mettre des mots sur ce quotidien que subisse encore des milliers de femmes. 
Elle arrive aussi à montrer l'impuissance des associations qui, bien qu'essayant d'aider au mieux ces femmes, ne peuvent se substituer à la justice.
Claire Norton ne fait ni dans le misérabilisme, ni dans le sensationnalisme dans ce roman. Elle essaie et parvient à traiter de ce sujet avec force et tact.
Nous sommes vraiment au plus près de l'état d'esprit de Valentine et nous comprenons parfaitement ces réticences à porter plainte contre son époux ou à partir. 
Deux choses que son voisinage lui conseille de faire mais qui n'est pas chose facile face à la violence quotidienne qu'elle reçoit et face à la peur que son époux lui inspire.

J'ai trouvé que le livre sonnait très juste. J'ai, donc, beaucoup apprécié ma lecture malgré le sujet difficile traité dans le roman.

Commentaires

  1. bonjour, comment vas tu? merci pour la découverte. je ne connais pas cet auteure. passe un bon jeudi et à bientôt!

    RépondreSupprimer
  2. J'imagine qu'effectivement, il doit y avoir des scènes difficiles à lire. J'aimerais bien lire plus de livres traitant de ce sujet, mais je ne sais pas si je pourrai y arriver.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, oui, c'est très difficile par moment mais je trouve que Claire Norton reste assez délicate dans sa manière de raconter.

      Supprimer
  3. Coucou Gaëtane,
    Je viens de le réserver dans ma bibliothèque.
    Passe une belle fin de semaine, bisettes

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Cet été-là

Les jeux des garçons

Nid de guêpes