Les agrégés : Histoire d'une exception française

 

Yves Verneuil


critique essais avis résumé photo couverture image chronique littéraire essai blog lisant essais

Excellent

L'un de mes souhaits, depuis quelques temps, et de lire plus d'essais. Oui, j'en lis vraiment très peu et, pourtant, à chaque fois que j'en lis un, je l'apprécié. 
J'ai, donc, récemment emprunté le livre, Les agrégés : Histoire d'une exception française, afin de parfaire ma culture, et, j'ai décidé de vous en faire une chronique comme je pourrais le faire pour un roman. 

Je ne sais pas si ce genre d'articles vous intéresse. Si ce n'est pas le cas, n'hésitez-pas à me le dire en commentaires (vous pouvez dire aussi que vous appréciez ce genre de chronique, cela me fera d'autant plus plaisir ;p)

Ces agrégés...
Vous les connaissez.
Ceux sont ceux qui ont réussi les fameux concours de l'agrégation. Ces concours réputés, et à juste titre, très difficiles. 
Ces concours que beaucoup préparent pendant un, deux ou trois ans entiers. Tout cela, afin, d'obtenir le Graal : le concours de l'agrégation. 

Mais, au fait, saviez-vous que ce concours était né en 1766 ?
Que l'agrégé était, au départ, un remplaçant puis qu'il est devenu le seul professeur titulaire dans les collèges et lycées ?

Saviez-vous que le professeur agrégé fait moins d'heures que ces collègues titulaires d'un concours du Capes ? Et, que cela dure depuis très longtemps ?
L'agrégé étant réputé pour donner des cours plus qualitatifs...
Connaissez-vous toutes les polémiques que suscitent le statut plus ou moins privilégié de l'agrégé ? 

Non ?
Eh bien, moi, je me suis rendue compte que je connaissais que peu de choses de ce concours de l'agrégation. 
Et, Yves Verneuil explicite très bien tout ce que ce statut apporte (ou pas). J'ai beaucoup aimé toute la partie historique du livre. 
J'avoue que je ne savais pas que le concours de l'agrégation était si vieux, et, j'ignorais ce qu'il apportait alors aux heureux lauréats de ce dernier.
J'ai aussi aimé découvrir toutes les questions qui découlent de ce concours. Même si je connaissais quelques une de ces "polémiques" ou interrogations, je trouve qu'Yves Verneuil remet bien tout à plat et n'omet aucun sujet. 

En résumé, je trouve que Les agrégés, Histoire d'une exception française, est un très bon essai. Très intéressant, et, que j'ai beaucoup aimé lire !

Commentaires

  1. J'ai fait un an de prépa Capes Histoire/Géo et avec nous, il y avait ceux qui passaient l'agreg et c'est sûr que ce n'est pas facile parce que les épreuves sont bien plus longues. Ils peuvent être profs en prépa et ils ont moins d'heures de cours effectivement. Je ne savais pas que le concours était si vieux par contre.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ma vie de lectrice en Gifs : Quand je relis Persuasion

Jane, un meurtre suivi d'Une partie rouge

Dôgen : maître Zen