L'amitié est un cadeau à se faire

 

William Boyle

avis critique résumé photo couverture image voiture moyen transport femmes en couverture chronique déception avis

Déçue

J'ai choisi de lire ce roman, L'amitié est un cadeau à se faire de William Boyle, en raison de sa jolie couverture. 
Encore une fois, et comme je le dis régulièrement dans mes chroniques, je trouve cette couverture particulièrement élégante et, bien sûr, je n'ai pu m'empêcher de penser que le contenu allait être aussi beau que le contenant. 

Tout commence avec Rena, veuve d'un mafioso de Brooklyn. Cette dernière reçoit la visite d'un ancien ami de feu son époux. 
Et, ce dernier tente toute bonnement de la séduite en mettant un film classé X, puis, devant son échec cuisant, il essaie de la violer. 
Heureusement, Rena sait se défendre et l'assomme. Puis, vole sa voiture et fuit chez sa fille, Adrienne. 
Enfin pas exactement chez sa fille, puisque Rena et Adrienne sont brouillées depuis des années. 
Non, à la suite de quelques événements imprévus, Rena se retrouve chez la voisine de sa fille, Lacey. 
Lacey est une ancienne actrice porno, qui ne s'entend pas avec Adrienne, qui a le cœur sur la main. Elle recueille, donc, Rena. 
Et, toutes les deux vont être bientôt au cœur de nombreuses (més)aventures : elles vont assister à des meurtres, être poursuivies par des malfrats et par la police, voir la petite-fille de Rena fuir à de multiples reprises,...

Les deux femmes, et, les lecteurs ne sont pas au bout de leurs surprises avec Rena et Lacey. 

En quelques mots, voici le résumé de ce roman, L'amitié est un cadeau à se faire.
Je parlais, en préambule, de l'élégance de la couverture de ce livre, je dois vous avouer que j'ai trouver que les dialogues, eux, en manquaient grandement. 
Que d'insultes, que de mots familiers dans ce livre ! Je comprends le pourquoi de ces insultes puisque William Boyle se met à la place de femmes venant du milieu de la mafia mais j'ai trouvé que c'était beaucoup trop.
Je n'ai vraiment pas pu prendre de plaisir à lire un tel texte. 
De même, certains événements, pourtant malheureux sont tellement décrits rapidement et sans émotions que je ne réussissais pas à ressentir la moindre compassion pour les personnages. 
Certains d'entre eux ne semblent que penser à l'argent, d'autres ne pensent qu'à leurs petites misères,... Bref, les personnages sont peu sympathiques et je ne suis pas parvenue à m'attacher à eux.

Comme vous le voyez, L'amitié est un cadeau à se faire, est une véritable déception pour moi et je ressors de ma lecture vraiment peu convaincue par ce livre.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ma vie de lectrice en Gifs : Quand je relis Persuasion

Jane, un meurtre suivi d'Une partie rouge

Dôgen : maître Zen