Miss Austen

 

Gill Hornby

avis critique résumé photo couverture romance haute ville éditions

Bof !

Vous ne serez, je pense, pas étonnés de voir que j'ai été attiré par un roman qui s'appelle : Miss Austen. 
A maintes reprises, je vous ai prouvé mon admiration pour Jane Austen et lorsque j'ai vu ce titre en librairie, je me suis dit : "Allons Y".

La Miss Austen du titre n'est pourtant pas Jane. Eh non, la Miss Austen au coeur du roman de Gill Hornby est Cassandra Austen, la soeur de Jane.
Lorsque le roman commence, nous sommes d'ailleurs, en 1840 : des années après la mort de Jane. 
Cassandra Austen retourne dans le village de Kintbury avec une mission en tête : récupérer et bruler les lettres de sa soeur Jane. 
Cassandra Austen le sait bien : on ne lave son linge sale qu'en famille et il est inimaginable, pour elle, d'imaginer que la correspondance de Jane Austen soit publiée au même titre que ses livres. 
La renommée de Jane commence à naître et Cassandra refuse que sa soeur devienne une héroïne de romans...

La lecture des lettres de Jane va aussi réveiller bien des souvenirs pour Cassandra...

Je suis assez déçue par la lecture de ce livre.
Je pensais, à lire la quatrième de couverture, que le roman serait drôle et ironique comme on peut imaginer une biographie romancée de Cassandra Austen mais j'ai trouvé ce livre assez plat. 
Gill Hornby ne fait, dans Miss Austen, qu'inventer des romances à Cassandra Austen. J'ai eu l'impression que l'auteure ne désirait pas "toucher" à Jane Austen et se refusait, donc, à répéter les rumeurs à son compte (celles concernant Tom Lefroy par exemple) et donc qu'elle prenait Cassandra pour sujet de son roman.
Les romances ainsi inventée ne m'ont pas beaucoup convaincus et j'ai eu dû mal à voir en Cassandra Austen une héroïne de romans. 
De même, j'aurais pensé que le fait, réel ,que Cassandra ait souhaité et ai brulé les lettres de Jane, aurait été mieux traité. 
Là, on comprend à peine pourquoi Cassandra a mis plus de vingt ans à retrouver ses lettres et à vouloir les supprimer. 
De même, ses motivations sont très très floues.

On a quelques passages au passé montrant Jane Austen et ces passages ne m'ont pas, non plus, convaincus. 
Je pense notamment à la soirée (réelle elle aussi) où Jane Austen s'est retrouvée fiancée avant de changer d'avis. 
Là encore, Gill Hornby m'étonne avec son partis pris concernant cette soirée. 
Tout d'abord, nous avons une Cassandra Austen qui, le soir, fait la morale à Jane en lui disant qu'elle n'aurait jamais dû accepter de se marier, puis, le matin quand Jane lui annonce qu'elle veut rompre ses courtes fiançailles, Cassandra lui dit exactement le contraire : que c'est trop tard etc...
Cassandra ne vit-elle que pour contredire sa soeur ?
C'est une des questions que nous pouvons nous poser en lisant ce passage incompréhensible. 

Un point positif cependant dans ce livre : j'ai beaucoup aimé le parallèle entre persuasion et la petite amourette de ce livre. 
J'ai trouvé cela plutôt bien vu. 

Pour le reste, je ressors de ma lecture assez déçue et ne voit pas beaucoup d'intérêt au livre Miss Austen. 


Commentaires

  1. Ah mince, vraiment dommage, ça m'intriguait du coup

    RépondreSupprimer
  2. C'est dommage que ce livre ne soit pas trop bien fait, parce que sur le papier, il a tout pour plaire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, franchement, c'est très décevant. Je n'ai pas apprécié.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Maudit Karma !

Ma vie de lectrice en Gifs : Quand je lis la romance presque parfaite d'une accro à Noël

Numéro 11