1Q84 [Livre 1 Avril-Juin]


Haruki Murakami


Photo de couverture Bibliothèque Critique 10/18 Hélène Morita traductrice Livre 1 Avril Juin

Assez déçue !


Voici un roman que j'ai, depuis pas mal de temps, dans ma PAL. J'ai tellement entendu parler de ce roman et de Haruki Murakami que j'avais très envie de découvrir à la fois l'auteur et le roman.
Malheureusement, la magie n'a pas opéré du tout chez moi et je sais que je ne lirais pas la suite de la trilogie.

Eh comme souvent, dans ces cas-là, je suis la première déçue de ne pas avoir réussi à accrocher et je vous demande d'ores et déjà, si vous avez lu le roman, de me dire pourquoi vous l'avez apprécié et ce que vous avez aimé dans ce premier tome de la trilogie.

Pour ceux qui n'ont pas lu ce livre, deux personnages principaux sont au cœur de ce premier tome.

La première est : Aomané qui est professeur d'arts martiaux et a été élevé dans une secte. À 11 ans, elle ne veut plus en faire partie et quitte la maison de sa mère.
Pendant son temps libre, Aomané tue des hommes.
Je dis un peu ironiquement cette dernière phrase car je n'ai pas du tout accroché à toute cette partie de l'intrigue et à ce personnage. 
C'est bien simple, j'ai trouvé ce personnage caricatural et n'ai jamais été intéressé par sa vie. Je ne l'ai pas trouvée du tout attachante.
J'ai aussi trouvé toute cette histoire très "fouilli" : soit il ne se passe absolument rien et on n'apprend rien, soit il y a trop de choses d'un coup...
Bref, je n'ai pas réussi à être intriguée par toute cette partie. Et, je me suis même assez ennuyée par moments.

En revanche, j'ai mieux apprécié l'autre partie de l'histoire où le personnage central est : Tengo. Ce jeune homme est professeur et essaie tant bien que mal d'écrire. Seulement, il n'arrive pas à mener à bien son projet et n'a encore jamais terminé de roman.
Son éditeur lui demande de réécrire un roman en lice pour un prix littéraire de jeunes auteurs. La raison ? L'auteure est une jeune fille de 17 ans et son éditeur trouve que l'idée de son histoire est originale mais que son style est extrêmement pauvre.
L'éditeur se dit donc qu'en alliant le style de Tengo et l'histoire de cette jeune fille, le roman pourrait remporter le premier prix...
Et Tengo accepte...
J'ai beaucoup aimé cette partie de l'histoire consacrée à l'écriture et à la relation entre Tengo et cette jeune fille... lorsqu'ils parlent d'écriture...
Parce que lire les dialogues entre Tengo, qui a 29 ans, disant à cette jeune fille de 17 ans que ses vêtements mettent sa poitrine en valeur... je trouve ça assez lourdaud.

Dans ce premier tome, on sent que ces deux histoires vont se rapprocher mais on ne sais pas encore ni pourquoi, ni comment. 
Et, comme je l'ai dit plus tôt, je ne compte pas lire le reste de la trilogie. 

Donc, n'hésitez pas à me dire si vous vous avez apprécié cette trilogie et si je manque quelque chose en ne lisant pas la suite ?

Commentaires

  1. J'ai toujours du mal avec les relations du style 17/29

    RépondreSupprimer
  2. Très envie de lire cette saga, en espérant que j'y accroche davantage que toi... En attendant, j'ai Kafka sur le rivage dans ma PAL, il faut que je me décide à l'en sortir ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je reesaierai bien cet auteur avec un autre roman. J'en attendais trop je pense.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Maudit Karma !

Ma vie de lectrice en Gifs : Quand je lis la romance presque parfaite d'une accro à Noël

Numéro 11