Toxique


Françoise Sagan 



Photo de couverture


4e de couverture : 


"En été 1957, après un accident de voiture, je fus, durant trois mois, la proie de douleurs suffisamment désagréables pour que l'on me donnât quotidiennement un succédané de la morphine appelé le "875" (palfium). Au bout de ces trois mois, j'étais suffisamment intoxiquée pour q'un séjour dans une clinique spécialisée s'imposât. Ce fut un séjour rapide, mais au cours duquel j'écrivis ce journal que j'ai retrouvé l'autre jour."
Françoise Sagan raconte sa désintoxication. Sous la forme d'un journal, on sent qu'elle s'adresse encore à un lecteur potentiel. Elle y décrit sa souffrance et son angoisse de la déchéance. Elle s'observe, s'ausculte, nous fait partager ses pensées, ses lectures et sa peur immense de la mort, du vide, de la solitude.
Texte magnifiquement illustré par des dessins de Bernard Buffet.



Mon avis :


Je suis une grande admiratrice de Françoise Sagan depuis ma première lecture de Bonjour tristesse. J'adore sa manière de décrire le quotidien et de disséquer les sentiments. J'aime encore plus sa manière de parler de sa propre écriture. 
Sans façon. En peu de mots. Sans manière. 
Dans ce journal, écrit pendant sa désintoxication, on retrouve, encore une fois, son génie, sa modestie, sa petite musique, son humour :


"Peut-être devrais-je consacrer mon activité littéraire à autre chose que ce petit journal. Une nouvelle ? oui, quoi ? Trente débuts se présentent, aucune fin. "L'homme étendu" n'était pas mal et "Une soirée". Autrement...
J'aimerais écrire des choses qui se passent en Espagne, avec du sang et de l'acier, ou à Florence sous les Borgia (?) mais non.
Mon domaine c'est apparemment "il a mis le café dans la tasse, il a mis le lait dans le café, il a mis du sucre, etc." Le quotidien triste, Prévert, Buffet, notre chère époque ? Sartre, personne n'est gentil ni meilleur et, d'ailleurs, comment l'être ? L'ennui, le bel amour qui se cache la tête sous son aile, qu'en peut-on savoir, et pourquoi essayer, etc."


Les illustrations de Bernard Buffet, en noir et blanc, sont très élégantes et épurées et, surtout, complètent parfaitement le texte.
Parfois, Françoise Sagan raconte sa journée en quelques phrases et les illustrations sur toute la page prennent parfaitement sens.




En peu de mots, Françoise Sagan nous donne son état d'esprit.
Elle ne se plaint pas. Elle se raconte.
On se rend compte dans ce récit, à quel point, Françoise Sagan est avant tout une écrivaine. Dans tous les domaines de sa vie.
Tout est écriture.
On peut lui reprocher des romans plus faibles mais on ne peut lui reprocher son écriture.




C'est une très belle lecture et une autre façon de découvrir Françoise Sagan, son rapport à l'écriture et ses lectures.



Commentaires

  1. j'ai déjà entendu parler de l'auteure mais j'avoue que je n'ai jamais rien lu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je recommande vraiment la lecture de Bonjour tristesse. Françoise Sagan a l'art de décrire finement les relations, les sentiments et le quotidien.

      Supprimer
  2. J'en ai lu plusieurs de l'auteure mais jamais celui-ci, à découvrir donc!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'essaie de lire des "Sagan" assez régulièrement et j'adore sa plume. Celui-ci est très autobiographique (sur une courte période) et très intéressant : j'adore lorsqu'elle parle de son écriture.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Maudit Karma !

Ma vie de lectrice en Gifs : Quand je lis la romance presque parfaite d'une accro à Noël

Numéro 11