mercredi 20 septembre 2017

Long week-end


Joyce Maynard



Blog / Photo de couverture / Avis / 978-2-84876-155-8 / Philippe Rey



4e de couverture :



Cette année 1987, une chaleur caniculaire s'abat sur la côte Est pendant le long week-end de Labor Day. Henry a treize ans, vit avec sa mère, ne supporte pas la nouvelle épouse de son père, aimerait s'améliorer au base-ball et commence à être obsédé par les filles. Jusque-là, rien que de très ordinaire, sauf que sa mère, elle, ne l'est pas. Encore jeune et jolie, Adèle vit pratiquement retirée du monde et ne sort qu'en de rares circonstances.
La rentrée des classes qui approche la contraint à conduire son fils acheter vêtements et fournitures au centre commercial. Et là, planté devant le présentoir des magazines où il essaye de feuilleter Playboy, Henry se heurte à Frank, un taulard évadé, condamné pour meurtres...

Pendant quatre jours, le trio va vivre un surprenant huis-clos, chacun se dévoilant un peu plus au fil des heures. Et, vingt ans plus tard, avec émotion et humour, Henry révélera les secrets de ce long week-end qui lui a appris à grandir...


Mon avis :

Un début prometteur, puis, plus rien !



Séduite par la quatrième de couverture  de ce roman (rencontré un peu par hasard), je me suis empressée de le commencer !

Et quel début !

Le roman commence par la rencontre entre un adolescent et un taulard évadé qui va vite s'inviter dans sa maison où il habite avec sa mère qui vit quasiment recluse depuis son divorce.
Et entre cette femme, aimant l'amour mais désespérément seule, et ce meurtrier évadé va se nouer un drôle de lien dont Henry va être le grand témoin. 

J'ai été charmé par le début de cette complicité entre les deux adultes et par cette mère de famille dont on découvre quelques secrets au fur et à mesure de la lecture. Nous comprenons un peu mieux ces fêlures et pourquoi elle ne veut plus sortir de chez elle. Pour moi, c'est le personnage fort de ce roman car même si nous découvrons l'histoire grâce aux yeux de son fils c'est bien elle qui nous émeut le plus. 

Le portrait de Frank, le meurtrier, m'a moins convaincu : il sonnait un peu trop comme celui d'une brute au cœur tendre, un incompris par la société, un homme qui n'a pas eu de chance,... et du coup je ne suis pas parvenue à croire à son histoire.
Et l'histoire de Frank nous y avons le droit pendant de longs flash-black qui m'ont, je dois le dire, assez ennuyé !

Et d'ailleurs, toute la seconde partie du roman m'a ennuyé. Nous assistons aux premiers émois amoureux de Henry mais c'est un personnage qui ne m'a pas non plus énormément touché. 

Et à la fin, tout s'enchaîne très vite et comme on se doute dès le début de ce qui va se passer pour Frank il n'y a ni suspense ni surprise.

Puis nous avons le droit à un espèce d'Happy-ending qui ne m'a pas convaincu du tout et m'a plutôt paru assez niais.

Un roman qui promettait beaucoup mais qui n'a pas du tout tenu ses promesses. Et c'est très dommage !






lundi 18 septembre 2017

Dérapages incontrolables


Hugh Laurie et Stephen Fry



Photo de couverture / 978-2-917559-53-6 / Blog / Avis / Editions BakerStreet



4e de couverture :



Stephen Fry et Hugh Laurie se sont connus à l'université de Cambridge et se sont tout de suite mis à écrire et à jouer ensemble. Ils allaient bientôt triompher dans Jeeves et Wooster, d'après les romans de P. G. Wodehouse, ou bien La vipère noire avec Rowan Atkinson.

Mondialement célèbres par la suite pour leurs rôles des séries populaires comme Dr House, ou des films à succès comme Oscar Wilde, Hugh Laurie et Stephen Fry se sont d'abord fait connaître en Angleterre par la comédie.

Un de leurs premiers et plus grands succès fut la série A bit of Fry and Laurie sur la BBC, de 1987 à 1995, dont certains sketchs sont réunis dans ce recueil. Avec un humour loufoque et décalé, ils nous embarquent dans un périple aux limites de l'absurde, où l'on croise des mendiants philosophes, de faux policiers et de vrais criminels, des critiques imbuvables, des serveurs de restaurant qui proposent de découper la volaille vivante à même l'assiette, des publicitaires chargés d'une campagne de promotion du fascisme : un univers fantasque où l'insolite règne en maître et le fou rire est la règle du jeu.



Mon avis :

Certainement mieux en Version originale



Comme le souligne la quatrième de couverture, Hugh Laurie et Stephen Fry sont deux comédiens reconnus Outre-Manche.
Mais, pour moi, Stephen Fry est surtout un écrivain de talent. Son roman : L’hippopotame a été pour moi un véritable coup de cœur. C'est un roman à la fois drôle et touchant. Avec absolument tout ce que j'aime dans l'humour anglais.

Le talent de ces deux acteurs et auteurs ne sera donc pas du tout remis en cause dans cette chronique.

Je n'ai pas été totalement convaincu par ce livre qui réunit les principaux sketchs de Stephen Fry et de Hugh Laurie. 

Je pense que la traduction française y est pour beaucoup : difficile de retranscrire les jeux de mots d'une langue à une autre.

Mais je pense surtout que le format sketch est très difficile à retranscrire à l'écrit : ce qui nous fait rire aux éclats au théâtre, dans une salle de télévision ou même à la télévision ne nous fait pas forcément sourire lorsque nous le lisons !

J'ai trouvé que les chutes des sketchs tombaient le plus souvent à plat.
Et même si la lecture est assez agréable, j'ai rarement souri en le lisant et jamais ri.

Pour moi, ce livre est davantage un objet commercial surfant sur le succès récent de ces deux comédiens à la télévision et au cinéma : la couverture du livre fait d'ailleurs référence immédiatement à leur rôle les plus marquant : Dr House et Oscar Wilde.

Pour moi, ce livre est donc une petite déception. Je pense quand même que le lire en anglais améliore certainement une bonne partie de ces sketchs. 


Pour ceux qui veulent voir ce que donnent les sketchs en version originale et joués :







samedi 16 septembre 2017

Meurtres en majuscules


Sophie Hannah



Une nouvelle enquête d'Hercule Poirot / Blog / Photo de couverture / Avis / Agatha Christie / Editions du Masque



4e de couverture :


Hercule Poirot a décidé de mettre au repos ses petites cellules grises en surchauffe. Pour cela, au lieu de prendre le large, il choisit de se réfugier incognito dans une pension londonienne, où il fait la connaissance de l'inspecteur Catchpool
Un soir, au Bloxham, un grand hôtel de Londres, trois meurtres sont commis dans trois chambres à trois étages différents. Dans la bouche de chacune des victimes, on retrouve un bouton de manchette en or, gravé des initiale PIJ...
L'énigme est trop tentante ! Poirot n'y résiste pas et offre ses services à l'inspecteur Catchpool.
L'origine du drame les conduit dans un village du nom de Great Holling, où la malfaisance se pare du visage de la vertu. Pour démêler les fils de l'intrigue, il va falloir à Poirot toute son habileté, et à l'inspecteur Catchpool beaucoup de patience...


Mon avis :

Un Hercule Poirot fidèle à lui-même !


Cette nouvelle histoire d'Hercule Poirot n'est pas écrit par Agatha Christie mais pas Sophie Hannah : Les ayant droit d'Agatha Christie lui ayant donné carte blanche pour réutiliser le célèbre détective belge.
Comme vous pouvez l'imaginer, étant une grande admiratrice d'Agatha Christie et ayant passé l'été à relire quelques uns de ses romans, j'avais quelques réserves avant d'attaquer celui-ci !

Et, j'ai été très agréablement surprise.

Les points positifs de ce roman :
  • Hercule Poirot : le personnage est bien respecté et Sophie Hannah n'en fait pas trop. 
  • L'inspecteur Catchpool : pour moi, c'est la bonne idée de ce roman. A l'instar d'Hastings, c'est lui qui nous conte cet énigme dans un style assez différent. Hastings avait un trop plein d'imagination et Catchpool n'en a pas assez. J'ai un peu regretté qu'à un moment on se perde dans le passé de l'inspecteur et qu 'on revive le décès de son grand-père : on s'en fout un peu et l'inspecteur a déjà sa propre personnalité, on n'a pas besoin d'une pseudo blessure d'enfance pour aimer ce personnage !
  • On a envie de vite connaître la fin et c'est ce que je demande dans un roman policier.
  • Des personnages à foison attachants.
  • La fin : j'ai beaucoup aimé la mise en scène d'Hercule Poirot qui, à la fin, regroupe tout le monde dans l'Hôtel et explique le pourquoi du comment de ces meurtres comme dans ces heures les plus glorieuses.
  • La couverture du roman : à mettre plutôt au crédit de la maison d'édition bien sûr mais je la trouve très épurée et très élégante. 
Et maintenant les points négatifs :
  • Beaucoup de personnages mais au final peu de suspects : ce qui fait qu'on comprend au 3/4 du roman au moins 95% de l'énigme. Les retournement de situation n'en sont pas vraiment!
  • Pas assez d'humour : Agatha Christie savait mettre de l'humour dans chaque Hercule Poirot !
  • Pas de George ou de Miss Lemon : j'aime beaucoup retrouver ces personnages secondaires dans chaque roman.
  • Difficile d'en dire plus sans dévoiler l'intrigue mais je trouve les mobiles des meurtres un peu faiblards et le dernier meurtre assez grotesque 
Pour moi, le contrat reste rempli ! C'est un bon roman policier et Hercule Poirot n'est pas du tout trahi.
J'ai même envie de lire d'autres romans de Sophie Hannah
En avez-vous lu vous-même ? Et lesquels me conseillez-vous ?

mercredi 13 septembre 2017

Le bal des imposteurs


Richard Mason



Photo de couverture / Blog / Avis



Résumé :



Dans son château de Cornouailles, James Farell, un homme de soixante-dix ans, vient de tuer sa femme Sarah. Loin de le nier, il nous explique pourquoi il a tué cette femme qu'il croyait connaitre et nous fait revivre ses années de jeunesse et sa rencontre avec Sarah.
Il nous explique comment il a rencontré Ella Harcourt, la cousine de Sarah, lorsqu'il était encore étudiant. Comment il est tombé amoureux d'elle. Et comment la jalousie qui unissait Sarah et Ella a détruit leur vie à tous les trois.


Mon avis :



Si vous aimez les romans où aucun personnage n'est blanc ou noir, ce livre est fait pour vous. Et si, en plus, vous aimez l'atmosphère des Cornouailles, des vieux châteaux et de l'aristocratie anglaise, je vous conseille de courir acheter ce roman !

Ce livre commence donc par un meurtre commis de sang froid et qui sera suivi par de longs flash-back nous expliquant ce geste. 
Les personnages principaux de ce livre sont deux cousines : Ella et Sarah qui se vouent une jalousie respective très prenante qui détruira tout sur leur passage. Elle souffrent de leur ressemblance physique et de l'éducation très différente qu'elles ont reçue.
Si Sarah a été élevé dans la plus pure tradition anglaise, Ella est une enfant des Etats-Unis. C'est pourtant cette dernière qui va hériter du château des Cornouailles si chère au cœur de Sarah.
Et comme si cela ne suffisait pas, Ella se décide à séduire, l'homme que Sarah aime éperdument Charles !

Et comme Sarah est dotée d'un sang froid à toute épreuve et qu'Ella ne se sait plus comment se sortir de la situation dans laquelle elle s'est fourrée,... Des drames vont forcément avoir lieu !


Ce roman a été un véritable coup de cœur pour moi. C'était un délice de plonger dans la psychologie de ces deux femmes. Qui est la gentille ? Qui est la méchante ? Je vous défie de trouver une véritable réponse à ces questions.
Pourtant, je n'ai détesté aucun de ces personnages. Je les ai trouvés très humain dans leur comportement. 

Un livre que j'ai vraiment adoré et que je recommande vivement !









lundi 11 septembre 2017

La troisième fille


Agatha Christie



Photo de couverture / Blog / Avis / Hercule Poirot / Club des masques / Librairie des Champs Elysées



4e de couverture :



Cette fois-ci, après un épuisant effort intellectuel, la rédaction de son "oeuvre maîtresse", une analyse des maîtres du roman policier, Hercule Poirot est bien décidé à jouir d'un repos mérité...
N'a t-il pas plus d'une fois prouvé qu'il était le roi des détectives, l'infaillible dont la réputation n'est plus à faire ?
Impossible de mettre en doute ses capacités...
Et pourtant, voilà qu'une jeune femme vient lui déclarer qu'il est trop vieux pour l'aider !  Alors qu'elle-même est venue le consulter au sujet d'un crime qu'elle n'est pas sûre d'avoir commis... 
Ah ! cette nouvelle génération... Cheveux longs, idées courtes... Mais Poirot va leur montrer... Trop vieux, lui.... Non, mais !


Mon avis :

Encore une enquête réussie pour Hercule Poirot !


Après le major parlait trop et Black coffee, me voici repartie pour une nouvelle enquête du célèbre Hercule Poirot !


Gif / BBC / Miss Lemon



Enquête d'autant plus satisfaisante qu'elle met en scène mon personnage favori, après Hercule Poirot, la célèbre auteure et amatrice de pommes Ariadne Oliver !
On ne peut s’empêcher de faire un parallèle avec Agatha Christie quand Ariadne Oliver nous déclare qu'elle en a assez du personnage principal de ses histoires : un détective finlandais que son lectorat adore.

L'enquête commence d'une manière peu banale : Hercule Poirot reçoit la visite impromptue d'une jeune femme qui lui déclare la chose suivante : je pense avoir commis un crime mais je n'en suis pas sûre !
Chose, vous en conviendrez, très intrigante pour notre détective belge !
Mais voici qu'en le regardant de plus près, elle part, en lui déclarant qu'elle le trouve tout simplement trop vieux ! 
Chose, vous en conviendrez toujours très vexante pour notre détective préféré !

Hercule Poirot va, donc, tout d'abord devoir retrouver la jeune fille et essayer avec tout le tact dont il est capable de s'introduire dans son environnement !
Et de trouver quel est le meurtre qu'elle pense avoir commis !

Ce roman est, donc, très léger avec beaucoup d'humour et une enquête assez plaisante à suivre ! Des complications comme Agatha Christie les aiment puisque le lecteur et Hercule Poirot vont devoir démêler ce qui est important et ce qui n'est que de la poudre aux yeux.

Connaissant Agatha Christie et quelques une de ses astuces scénaristiques, j'ai trouvé assez facilement le coupable et le pourquoi du crime !
La même ficelle a déjà été utilisé à maintes reprises. C'est le petit bémol que je mettrai à ce roman policier.

L'histoire reste cependant agréable à lire !
Surtout grâce à nos deux protagonistes protagonistes principaux qui apportent beaucoup d'humour et de légèreté à cette histoire.

dimanche 10 septembre 2017

Orgueil et préjugés (encore)


Oui mais illustré par Margaux Motin :



Projet Ulule


Un nouvel (petit) article sur Jane Austen !

Parce qu'on ne se lasse jamais de Jane Austen !

Une jolie découverte que je vais bientôt m'offrir : Orgueil et préjugés dans une nouvelle édition illustrée par Margaux Motin.
C'est un projet mis en ligne sur le site de financement participatif Ulule que vous pouvez retrouver sur leur site !


Qui est Margaux Motin ?

Margaux Motin est une illustratrice et auteure française qui a notamment écrit J'aurais adoré être ethnologue : où elle raconte sa vie de jeune trentenaire : son travail en free-lance, sa vie de jeune mère, sa vie de femme et sa vie d'épouse.
Elle a un blog très drôle où elle montre l'étendue de son talent !


Et donc, elle a ajouté une nouvelle ligne à son curriculum vitae en illustrant Orgueil et préjugés de Jane Austen.
Et si j'ai envie de m'acheter cette nouvelle édition d'Orgueil et préjugés c'est surtout pour posséder cette illustration :

Margaux Motin / Orgueil et préjugés / Jane Austen
Je revois tellement Mr Darcy dans sa déclaration d'amour à Elisabeth !

Pride and Prejudice / Gif / BBC / Orgueil et préjugés / Colin Firth / Proposal
ça commençait bien pourtant !
Parce que sur Ulule nous pouvons choisir les produits dérivés que nous préférons : les illustrations en tirés à part, le tote bag, le papier à lettres, le carnet de notes,...
Un véritable gouffre financier pour tous les admirateurs de Jane Austen !



samedi 9 septembre 2017

Encyclopédie de moi-même


Carnets



Photo de couverture / Blog / Avis



Encore un article un peu différents des autres aujourd'hui :

(qui ne parle ni de littérature, ni de séries télévisées)



Je ne sais pas si vous aimez remplir des carnets et noircir des pages mais moi oui ! Et parfois, il peut m'arriver de manquer d'inspiration ou de ne pas réfléchir assez à moi-même et à mes envies.

Ce journal : Encyclopédie de moi-même permet de réfléchir à des choses auxquelles je n'aurais pas pensé : ma maison idéale ; mes rêves récurrents,...

Sur chaque page est notée une petite phrase et si on a 15-20 minutes devant soi, on peut écrire sur ce thème. 

Comme le titre l'indique c'est tout simplement une encyclopédie de nous-même que nous complétons au gré de nos envies et, donc, les thèmes (très variées) sont par ordre alphabétique. 
Nous avons, par exemple :


  • Adolescence
  • Garde-Robe
  • Génial, c'est tout simplement 
  • Jour de gloire
  • Mensonges, j'ai dit des
  • Objectifs
  • Pardonner
  • Professeurs
  • Restaurants
  • ...

Des petits sujets très sympas sur lesquels réfléchir, certains sont plus compliqués que d'autres à remplir. 

Pour l'instant, j'avoue que j'ai surtout regardé les thèmes sans écrire à l'intérieur mais je pense bientôt me lancer !

Surtout que je pense que cela sera très amusant à re-lire dans le futur pour voir mon évolution.

D'ailleurs sur le même principe, je pense me procurer bientôt pour la nouvelle année :


Carnet / Journal / Blog / Avis / Photo de couverture


Ce carnet propose chaque jour de l'année une question à laquelle il sera prévu de répondre 5 fois pendant 5 ans : une bonne idée puisque cela permettra de se fixer des objectifs et de voir de nouvelles inspirations,...

Et comme on ne se refait pas, j'ai vu la version Jane Austen de ce carnet :


Carnet Jane Austen / Photo de couverture / Blog / Avis


J'aime beaucoup la couverture et je pense me laisser tenter par cette version. Le carnet reprend pour chaque des citations des romans de Jane Austen.


Et vous?

Aimez-vous ce genre de carnets ?

En possédez-vous ?