Pfitz


Andrew Crumey



Photo de couverture Avis Blog Arbre vengeur ISBN 9-782916-1415


4e de couverture :


En plein siècle des Lumières, un Prince cherche l'immortalité en inventant des villes fantastiques. Son rêve fou d'une Ville absolue le pousse à consacrer tout le génie de son peuple à cette entreprise. Mais prévoir tes plans et les cartes les plus détaillées de sa cité ne suffisant plus, il veut aussi en imaginer les habitants et les visiteurs. 

Au coeur d'une immense administration vouée à ce travail monumental, le cartographe Schenck, plutôt timide et rêveur, va croiser le chemin d'une superbe rousse, biographe en charge de la destinée d'un certain comte Zelneck. Entraîné par une passion qui stimule son inventivité, Schenck cherche à l'approcher en pénétrant dans la biographie du comte et en imaginant des aventures à son valet, un certain Pfitz. 

Mais on ne pas impunément dans la vie de personnages de fiction et notre innocent cartographe amoureux va vite prendre les dangers de la virtualité. 
Jeu de miroirs sur les sens de la fiction, réflexion à bride abattue sur les confusions du rêve et de la réalité en même temps que génial et inventif hommage au roman philosophique du XVIIIe siècle, Pfitz est un conte stupéfiant d'intelligence - ainsi qu'une sublime histoire d'amour.


Mon avis :

Un conte philosophique très poétique !


Je suis encore une fois tombée sur ce livre au hasard de mes allers et venues dans ma bibliothèque municipale. 

Pourquoi ai-je choisi d'emprunter ce livre ?
En toute sincérité, uniquement pour sa couverture
Ce couverture m'intriguait énormément et je la trouve plutôt...
J'aillais dire jolie mais ce n'est pas le mot qui convient. Elle est plutôt réussie. Intrigante. Elle me fait penser à une couverture de roman graphique bien que Pfitz n'en soit pas un.

En commençant ce livre, j'ai vite compris le pourquoi de ce choix de couverture : c'est un véritable roman à tiroirs qui s'est ouvert devant moi.

Schenck, un cartographe, travaille comme tous les habitants de sa ville à construire une ville parfaite. Pour cela, une administration est consacrée à la création de la mémoire collective. Entre écrit et réalité, les mondes se mélangent à merveilles.

Réflexion sur le pouvoir de la fiction et de la réalité : sur les mensonges qui écrits deviennent réalité. Ce conte est résolument moderne à l'heure où les fake news font la une.

Réflexion sur la destinée à travers les divers personnages et sur le choix : avons-nous le choix ou notre destin est-il déjà écrit quelque part ?
Les personnages de papier se demandent si ce qu'ils vivent peut changer en fonction de leurs choix ou si tout est déjà figé par l'auteur.
Ce roman est aussi une réflexion sur la création et sur ce qu'est un auteur. 

J'ai lu ce livre d'une traite, il faut dire qu'il est très court mais je pense que c'est un roman très riche que je relirais plus attentivement lorsque je l'emprunterai de nouveau.

Commentaires

  1. hmm ton avis est intrigant et je comprends pourquoi tu as été attirée par la couverture

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai plutôt aimé ce livre. Comme c'est un roman à tiroirs il faut le lire à tête reposée et pour moi le relire pour mieux percevoir les nuances.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire