L'hôtel Stancliffe


Charlotte Brontë


Photo de couverture Avis Blog Editions du rocher ISBN 2-268-0504329


4e de couverture :


Daté du 28 juin 1838, ce manuscrit récemment redécouvert au Brontë Parsonage Museum et inédit en France offre un exemple fascinant des premiers textes de Charlotte Brontë, alors âgée de vingt-deux ans, une dizaine d'années avant la publication de son chef-d'oeuvre, Jane Eyre. 

Cette novella, composée de plusieurs scènes d'une grande fraîcheur, se déroule dans un pays imaginaire, inventé collectivement par Charlotte, son frère et ses sœurs, pour leur propre distraction. Charlotte y laisse libre cours à son imagination en décrivant avec ironie les exploits et les intrigues des personnages décadents du royaume d'Angria, au centre duquel se détache la figure très byronienne du duc de Zamorna. 

Texte étonnant par ses licences - on y voit décrit avec beaucoup de réalisme les effets dévastateurs de l'opium - et sa modernité formelle, L'Hôtel Stancliffe permet de redécouvrir une dimension méconnue de l'oeuvre d'une des plus grandes romancières anglaises.


Mon avis :

Une curiosité !


Ce livre n'est pas vraiment un roman et j'aurais bien dû mal à décrire exactement ce qu'il est. Peut-être le savez-vous déja : les trois sœurs Brontë : Charlotte, Anne et Emily ainsi que leur frère Branwell s'étaient crée tous les quatre un monde imaginaire.
Monde qui vivait grâce à leurs romans, chroniques, poèmes,...
Très vite, Emily et Anne créèrent toutes les deux le pays de Gondal tandis que Charlotte et Branwell crée la saga de Glass Town.

Ces "jeux" comme leurs divers biographes les appellent continueront bien au delà de leur 20 ans. Charlotte et Branwell modifièrent le nom de leur pays pour l'appeler Angria.
Et c'est donc à Angria que se déroule l'action de L'hôtel Stancliffe.
L'hôtel Stancliffe est un mélange de chroniques et de dialogues où se mêlent révoltes et rencontres amoureuses.
Ce n'est pas du tout une histoire linéaire et cela m'a vraiment déconcerté : les personnages se mélangeant un peu dans ma tête, j'avais un peu de mal à suivre cette histoire.

Je pense que ce livre est surtout intéressant car il nous donne une idée de ce que Charlotte Brontë a inventé avant Jane Eyre. J'aurais bien aimé qu'il soit accompagné d'explications sur la vie de Charlotte Brontë et sur ses sources d'inspirations.
Malgré tout, il y a des dialogues très drôles et des phrases assez acides bien trouvés mais sinon je ne peux pas dire que j'ai véritablement aimé ce roman.

C'est surtout une curiosité pour les amateurs de Charlotte Brontë.

Si vous l'avez lu, je serai curieuse d'avoir votre avis dessus !



Commentaires

  1. Je n'avais jamais entendu parler de ce livre mais j'aime beaucoup découvrir de nouveaux ouvrages d'auteurs que j'adore d'autant plus quand ils sont morts depuis un bout de temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceux sont vraiment des écrits de jeunesse. Disons que c'est une curiosité pour ceux qui comme toi aime beaucoup Jane Eyre.

      Supprimer
  2. Ce livre n'est donc pas pour moi.
    Il faudrait peut être que je lise Jane Eyre avant tout. (Oui oui honte à moi ahah)

    Merci en tout cas de la découverte.

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Laura, oh oui si tu as l'occasion lis Jane Eyre. C'est vraiment un très beau roman. Bonne journée à toi

      Supprimer
  3. j'aimerai bien tenter un jour un de ses livres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui essaie. Je pense qu'ils te plairont mais ne commence pas par celui-ci. Ce n'est pas vraiment un roman. Jane Eyre est un chef d'oeuvre par contre !

      Supprimer
  4. Ta chronique m'a interpellée. Je savais effectivement que Charlotte, Anne, Emily et Branwell avaient, dans leur enfance, crée tout un univers imaginaire mais j'ignorais qu'on pouvait le découvrir dans une de ses œuvres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment particulier car ce n'est pas un roman du tout mais un mélange de chroniques sur la vie de ce monde imaginaire.
      Je me suis dit qu'ils allaient très loin dans leurs jeux et qu'ils avaient tous les quatre très jeunes une âme d'artiste et de créateur.

      Supprimer
  5. Comme disait Corneille "aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années". C'est vrai que dans cette famille, le talent s'est exprimé très tôt.
    As-tu lu "le monde infernal de Branwell Bronte" de Daphné Du Maurier ? Ce roman qui retrace le parcours auto-destructeur de cet enfant prodige, me tente beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore Le Cid, et Corneille et toi vous avez bien raison ! Je l'ai lu il y a quelques années et j'ai dans le souvenir que le père de ces 4 prodiges étaient assez dur et sévère et que Branwell s'est vraiment laissé engloutir par diverses drogues,... Il faudrait que je le relise.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire