Le chat et les pigeons


Agatha Christie



-Photo de couverture / Avis / Blog / Editions du masque / ISBN 978-2-7024-3634-9



4e de couverture :


Le très snob collège de Meadowbank accueille les jeunes filles du meilleur monde : les riches héritières du Commonwealth tout comme les filles de la gentry de Londres et parfois même quelques princesses orientales venues tout droit des Emirats. 
Aussi, quand l’une des enseignantes les plus impopulaires est retrouvée morte d’une balle dans le cœur, le scandale est de taille ! 
L’école sombre dans le chaos et il faudra tout le talent d’Hercule Poirot pour ramener le calme dans cette vénérable institution. D’autant que l’une des élèves semble en savoir trop et pourrait bien être la prochaine victime… 


Mon avis :

Un excellent Hercule Poirot !


Après quelques déboires concernant ma lecture des nouvelles aventures de Hercule Poirot, je me suis replongée dans ces anciennes histoires et ai lu avec un réel plaisir Le chat et les pigeons écrit par l'inégalable Agatha Christie.

Au début du roman, nous sommes dans une ville imaginaire du Moyen-Orient où une révolution est sur le point d'éclater.
Menacé de mort le prince doit fuir et prend la précaution de donner les diamants qu'il a en sa possession à un ami Bob Rawlinson
Pour les faire sortir du pays, celui-ci décide de les confier à sa sœur Joan Sutcliffe et sa fille Jennifer qui doivent rentrer à Londres pour la rentrée de Jennifer dans le collège de Meadowbank justement.
Seulement voilà, Bob sait que sa sœur accepterait sans problème de prendre les diamants avec elle mais il sait aussi qu'elle ne pourrait s'empêcher d'en parler.
Il décide donc de les cacher de manière peu orthodoxe dans les bagages de Jennifer sans leur en dire un mot.

Et, bien sûr, Bob et le prince se font tuer avant d'avoir eu le temps de révéler la vérité à Jennifer qui entre bien malgré elle dans une histoire qui la dépasse.


Dans les deux-cent premières pages du roman policier, nulle mention de Hercule Poirot est pourtant faite.
Bien au contraire, Agatha Christie s'attarde sur le collège anglais, les lycéennes qui y étudient, leurs familles et les professeurs. Et même si il me tardait de voir l'entrée en scène du plus célèbre des détectives moustachus, j'ai beaucoup aimé me plonger dans cette ambiance si typiquement anglaise.

Il ne s'agit pas que d'une histoire de vols de diamant mais aussi d'une histoire de femmes qui dirigent une école anglaise. Miss Bulstrode est la parfaite directrice d'école. J'avoue qu'elle m'a parfois fait penser au professeur Minerva McGonagall avec ce côté sévère mais juste qui veut plus que tout le bien de ses élèves.

Encore une fois toute cette ambiance autour du collège m'a beaucoup plû : Miss Bulstrode a décidé (avant le premier meurtre) de prendre sa retraite et doit choisir sa remplaçante parmi toutes les professeurs présentes. 
Et, le choix est plus que difficile pour celle qui a fondé cette école. 

Puis survint le premier meurtre, une professeur qui ne faisait pas vraiment l'unanimité est assassiné sans aucun mobile apparent. La police patauge mais heureusement une élève très intelligente et très observatrice va avoir l'idée de demander de l'aide à Hercule Poirot.

Ai-je besoin de préciser que celui-ci s'en sortira encore une fois avec les honneurs et réussira à percer ce mystère avec discrétion et délicatesse ?

J'ai adoré ce roman policier qui nous plonge dans plusieurs ambiances et qui m'a fait découvrir cette école de jeune femmes très prestigieuses.
De fausses pistes en fausses pistes, Agatha Christie m'a bien perdu mais comme toujours avec elle tout se tient à la fin et chaque pièce du puzzle se remet le plus parfaitement du monde en place.

Un roman policier qui démontre encore une fois tout le talent d'Agatha Christie !

Commentaires

  1. Un bon roman policier c'est toujours sympa !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait. Parfait pour passer un bon moment.

      Supprimer
  2. Je ne me souviens plus de l'intrigue en détail car je l'ai lu il y a 15/20 ans mais je me souviens qu'il m'avait plus également !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, cela me fait souvent ça avec les romans policiers et quand je les relis je me souviens du coupable au 3/4 du roman. ;p

      Supprimer

Enregistrer un commentaire