Le cheval pâle


Agatha Christie


Photo de couverture Avis Blog ISBN 978-2-253-04613-4 Le livre de poche


4e de couverture :


Dans un bistrot de Chelsea, l'écrivain Mark Easterbrook surprend deux jeunes filles en train de se crêper le chignon. L'une d'elles, «pleine de fric» paraît-il, s'appelle Thomisa Tuckerton
A quelque temps de là, Mark Easterbrook tombe sur un entrefilet : Thomisa Tuckerton est décédée, à l'âge de vingt ans. 
Peu après, le père Gorman, qui venait de recueillir la confession d'une vieille dame, se fait assassiner. On retrouve sur lui une liste de noms, parmi lesquels celui de Mrs Tuckerton. Les autres sont ceux de personnes mortes de mort «naturelle». 
Cela conduit Mark Easterbrook au Cheval pâle où trois sorcières s'adonnent au spiritisme et terrorisent leur entourage. Mais ce n'est pas le maléfice qui tue...


Mon avis :

Un très bon roman policier, bien sûr !


En lisant ce roman, j'étais persuadée de lire un nouvel Hercule Poirot et pour cause Ariadne Oliver est bien présente dans ce roman.
Ariadne Oliver est vous le savez bien, la célèbre auteure de romans policiers qu'on retrouve très souvent dans les aventures de Hercule Poirot : son addiction pour les pommes, sa manière de parler de ses romans et de ses lecteurs m'ont toujours fait beaucoup rire.
Et ayant remarqué, que Hercule Poirot apparaissait parfois très tard dans les romans d'Agatha Christie, je pensais jusqu'aux trente dernières pages qu'il allait faire une apparition pour révéler l'assassin.

Mais non nul Hercule Poirot dans ce récit.
Ce n'est pas grave, l'histoire est suffisamment bonne pour que Hercule Poirot n'ait pas besoin de montrer ses moustaches pour la rendre meilleure.

Nous voici donc en compagnie d'un écrivain Mark Easterbrook qui comprend qu'une mystérieuse organisation organise des meurtres et pas n'importe comment, jugez plutôt :
D'abord, il y a l'ancien avocat véreux qui vous parie que la personne qui vous gène va mourir avant un mois. Bien sûr, vous pariez le contraire et figurez-vous que si vous perdez ce pari vous devez payer très cher ce pari perdu (mais vous serez débarrassé de la personne qui vous gène)
Ensuite, il y a les trois sorcières qui n'ont jamais vu la personne qui vous gène mais qui multiplie les incantations pour vous en débarrasser et elles ne vous épargneront rien ; coq tué, phrases bizarres, sang,... Un véritable rituel vaudou.
Enfin, la personne qui vous génez tombe malade et meurt. Sans Raison. Ne vous reste plus qu'à payer.

Autant vous dire que Mark Easterbrook va jouer le jeu et jouer un jeu très dangereux pour découvrir qui se cache derrière ce stratagème.
Car tout le monde le sait, la sorcellerie n'existe pas.
N'est-ce pas ?

Commentaires

  1. Cette lecture m'intrigue beaucoup et je ne connaissais pas du tout c'est pourtant tout a fait mon genre de lecture.
    Merci de la découverte.

    Bon weekend

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'ailleurs, j'ai vu sur ton blog, que tu lisais en ce moment un roman d'Higgins Clark, qu'en penses-tu ?
      Je t'avoue que je suis assez déçue par ses romans les plus récents et j'aimerais en trouver un bon !

      Bon weekend à toi aussi,

      Supprimer
  2. Oh... Ca fait longtemps que je ne me suis pas lancée dans une enquête, tu réveilles mon envie tiens :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et un Agatha Christie, ça ne se refuse jamais ! C'est la garantie d'une bonne enquête !

      Supprimer
  3. Je suis épatée par ton rythme de lecture !
    Je ne me souviens plus très bien de ce roman mais le personnage d'Ariadne Oliver m'avait marquée avec ses théories fumeuses qui s'opposaient à la rigueur du raisonnement d'Hercule Poirot.

    RépondreSupprimer
  4. :p Beaucoup d'heures de transport c'est mon secret !
    J'aime beaucoup ce personnage d'Ariadne Oliver et son addiction pour les pommes. Je me suis toujours demandée si Agatha Christie avait mis un peu ou beaucoup d'elle-même dans ce personnage d'auteure de roman policier. J'ai l'impression qu'Agatha Christie avait énormément d'auto-dérision.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire